États-Unis

Des entreprises québécoises financent un site américain controversé

Steve Bannon, un des organisateurs de la campagne à... (PHOTO Kevin Hagen, archives Associated Press)

Agrandir

Steve Bannon, un des organisateurs de la campagne à la présidence de Donald Trump et aujourd'hui son conseiller principal, est également un des fondateurs de Breitbart News.

PHOTO Kevin Hagen, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Site internet d'extrême droite aux titres polémiques, Breitbart News est accusé depuis l'automne d'avoir favorisé l'élection de Donald Trump en publiant de « fausses nouvelles », notamment à l'endroit de sa rivale Hillary Clinton. Alors qu'une campagne bat son plein aux États-Unis pour inciter les annonceurs à ne plus s'y afficher, de nombreuses entreprises et institutions québécoises découvrent qu'elles financent, à leur insu, le site controversé. Explications.

Une publicité de la candidate à la direction... (Capture d'écran du site Breitbart News) - image 1.0

Agrandir

Une publicité de la candidate à la direction du Parti conservateur du Canada, Kellie Leitch, s'est affichée à plusieurs reprises sur Breitbart News. On peut la voir tout en haut de cette page.

Capture d'écran du site Breitbart News

Voici le tweet visant à avertir le Cirque... (IMAGE TIRÉE DU COMPTE TWITTER de @pippinjonesowns) - image 1.1

Agrandir

Voici le tweet visant à avertir le Cirque du Soleil que l'entreprise annonce sur le site Breitbart News.

IMAGE TIRÉE DU COMPTE TWITTER de @pippinjonesowns

«Les femmes ne sont pas défavorisées à l'embauche, elles sont simplement nulles en entrevue», affirmait l'été dernier le site internet Breitbart News.

Une publicité de Desjardins jouxtait le titre, lorsque La Presse l'a consulté.

«La solution au harcèlement en ligne est simple : les femmes devraient se déconnecter», pouvait-on également lire à côté d'une publicité des magasins de vêtements pour homme Vincent d'Amérique.

Les publicités de nombreuses autres entreprises et institutions québécoises sont ainsi apparues sur Breitbart News lorsque consulté par plusieurs journalistes de La Presse au cours de la semaine, de l'Université de Montréal, l'Université McGill et le Musée des beaux-arts de Montréal à Super C, Club Piscine Super Fitness et les YMCA du Québec.

Jointes par La Presse, ces organisations ont toutes affirmé ne pas être au courant que leurs publicités se retrouvaient sur ce site; la plupart ont aussi déclaré qu'elles s'en retireraient.

«On a des balises éthiques très claires [...] en terme d'achat de publicité», a indiqué Annie-Josiane Bujold, du Mouvement Desjardins, disant ne pas annoncer sur des sites présentant du contenu «diffamatoire ou qui ne respecte pas la diversité».

«Chez nous, on est droits», s'est exclamé Mario Lamanque, président des boutiques Vincent d'Amérique, déclarant ne pas souhaiter s'afficher sur des sites présentant «des propos haineux [ou] de la fausse information».

Chez Club Piscine Super Fitness, le vice-président Marc Gentile a indiqué que son entreprise se pencherait sur la question, précisant qu'aucun internaute n'était arrivé sur son site internet en cliquant sur une publicité affichée sur Breitbart News.

RÉALITÉ DÉFORMÉE

Au-delà de ses titres polémiques aux accents misogynes, homophobes et racistes, Breitbart News s'est aussi attiré de nombreuses critiques parce que les faits qui y sont rapportés sont parfois si déformés qu'ils relèvent davantage de la fiction que de la réalité.

Pas plus tard qu'il y a 10 jours, le populaire site a publié un article au sujet d'une prétendue attaque contre une église et contre les forces de l'ordre par une foule d'étrangers criant «Allahou Akbar» à Dortmund, en Allemagne, dans la nuit du jour de l'An.

L'article a suscité un tel émoi que la police de Dortmund a publié deux jours plus tard un communiqué démentant l'attaque en question, évoquant une nuit « plutôt dans la moyenne voire calme ».

Au terme de la campagne électorale, durant laquelle Breitbart News a notamment avancé toutes sortes de rumeurs sur la santé de Hillary Clinton, le site a affirmé que Donald Trump avait remporté le vote populaire dans le coeur du pays, fausse carte électorale à l'appui.

Parmi les fondateurs du site figure notamment Steve Bannon, qui fut l'un des organisateurs de la campagne de Donald Trump et qui est maintenant son conseiller principal.

CAMPAGNE AUX ÉTATS-UNIS

Peu après l'élection de Donald Trump, un groupe se faisant appeler Sleeping Giants (les géants dormants) a lancé aux États-Unis une campagne sur les réseaux sociaux pour inviter les internautes à signaler aux entreprises et institutions la présence de leurs publicités sur le site controversé et les inviter à cesser de s'y afficher.

«Nous nous sommes demandé qui les commanditait», a expliqué à La Presse un des membres du groupe, qui désire demeurer anonyme par crainte de représailles et parce que certains de ses collègues travaillent dans le domaine de l'internet et veulent éviter les ennuis, disant qu'ils s'attendaient à tomber sur un ou deux annonceurs principaux qu'il serait facile de contacter.

«Mais on a réalisé qu'ils en avaient des milliers !»

À ce jour, plus de 530 organisations, «dont de très grosses», ont cessé d'annoncer sur Breitbart News, aux États-Unis, et la société fait des émules ailleurs dans le monde, affirment les Sleeping Giants.

Le groupe se défend de vouloir museler le site, mais il estime que des entreprises n'ont pas à le soutenir financièrement, «surtout si elles ne savent même pas qu'elles le font».

LE CIRQUE DU SOLEIL VISÉ

Le Cirque du Soleil, qui présente sa comédie musicale Paramour à New York, semble être la première entreprise québécoise à avoir été ciblée par la campagne des Sleeping Giants.

«Je veux vous faire savoir que vous annoncez sur [Breitbart News]», a lancé un internaute à la multinationale québécoise sur Twitter, la fin de semaine dernière, ajoutant «Ce n'est pas correct».

Contacté à plusieurs reprises au cours de la semaine, le Cirque du Soleil a refusé de répondre aux questions de La Presse.

«Nous faisons appel à une agence de placement média externe», s'est contentée d'écrire dans un courriel laconique une attachée de presse du Cirque, Élise Tellier.

STRATÉGIE AFFIRMÉE

Une publicité de la candidate à la direction du Parti conservateur du Canada, Kellie Leitch, s'est également affichée à plusieurs reprises sur Breitbart News.

Ministre de la Condition féminine dans le gouvernement conservateur de Stephen Harper, la députée de Simcoe-Grey, en Ontario, a également participé l'été dernier au défilé de la fierté gaie de Toronto.

Or, ses publicités sur Breitbart News se sont retrouvées à côté d'articles dégradants pour les femmes et pour les homosexuels.

«Nous sommes pleinement conscients que nos publicités apparaissent sur un grand nombre de sites internet», a déclaré son porte-parole Michael Diamond, se disant à l'aise avec la présence de publicités de la candidate sur Breitbart News.

Son de cloche similaire chez Hyundai Canada, dont la présence de publicités sur Breitbart News «ne signifie pas que nous approuvons le site ou son contenu», a expliqué dans un courriel à La Presse le directeur des relations publiques de l'entreprise, Chad Heard.

Hyundai n'a toutefois pas l'intention de retirer ses publicités du site controversé.

- Avec l'Agence France-Presse

POURQUOI LES ENTREPRISES NE SAVENT PAS TOUJOURS OÙ S'AFFICHENT LEURS PUBLICITÉS ?Si des entreprises ou institutions se retrouvent sur des sites internet à leur insu, c'est parce qu'elles s'adonnent à la publicité « programmatique ». Elles adhèrent à un service, Google AdWords, par exemple, qui fait apparaître leurs publicités sur différents sites si le profil de l'internaute qui le consulte correspond à son public cible.

« Le ciblage est fait en fonction de la langue, du territoire, des sites déjà visités », explique la professeure de marketing interactif de l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal, Sandrine Promtep, qui ajoute que rares sont les sites internet qui n'utilisent pas ce service de placement publicitaire. C'est contre la publicité programmatique que les Sleeping Giants en ont. « Les entreprises devraient commencer à demander à [leurs agences publicitaires] de faire beaucoup plus attention à ce qu'elles font de leur argent », explique l'un des membres du groupe.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer