Trump promet davantage de «soutien» à l'Afghanistan

Les États-Unis disposent de près de 10 000... (PHOTO Lucas Jackson, archives REUTERS)

Agrandir

Les États-Unis disposent de près de 10 000 hommes en Afghanistan déployés sous la bannière de l'OTAN dans le cadre de l'opération Resolute Support.

PHOTO Lucas Jackson, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KABOUL

Le président désigné américain Donald Trump a assuré que les États-Unis «resteraient au côté» de l'Afghanistan durant son mandat et pourraient renforcer leur «soutien», selon un communiqué de la présidence afghane publié samedi.

«Le président désigné Trump a assuré que les États-Unis resteront au côté du gouvernement et du peuple afghan pendant son mandat» et que «son administration, après évaluation des besoins, renforcera son soutien en termes de sécurité» a affirmé la présidence afghane.

Selon le communiqué, M. Trump et le président Ashraf Ghani se sont entretenus vendredi par téléphone pour la première fois, officiellement au moins, depuis l'élection de Donald Trump le 8 novembre.

Selon l'équipe de transition de M. Trump qui a également publié un communiqué, «les deux responsables ont évoqué les graves menaces terroristes pesant sur les deux pays et promis de travailler ensemble plus étroitement pour les contrer».

La situation en Afghanistan n'a pratiquement pas été évoquée au cours de la campagne américaine, mais M. Trump, qui entrera à la Maison-Blanche le 20 janvier, a plusieurs fois posté sur Twitter des messages dénonçant le maintien de la présence américaine dans ce pays.

Les États-Unis disposent de près de 10 000 hommes en Afghanistan déployés sous la bannière de l'OTAN dans le cadre de l'opération Resolute Support. Le président Obama s'est engagé à en maintenir 8400 jusqu'au début de 2017 au lieu du retrait progressif initialement annoncé.

Le général John Nicholson, qui commande l'opération, a admis vendredi au Pentagone que les forces gouvernementales afghanes avaient perdu un peu de terrain face aux talibans en 2016, tout en louant leurs capacités de résistance.

«Approximativement 64 %» de la population afghane est sous le contrôle de l'armée afghane, contre «68 %» il y a quelques mois, a-t-il relevé, en soulignant également la puissance des réseaux criminels qui prospèrent sur le trafic d'opium.

«Le problème n'est pas seulement de contrer les talibans, mais aussi les réseaux criminels» a-t-il dit. «Ce que nous voyons dans le Helmand (la province du pavot dans le sud, ndlr) ce sont des réseaux criminels couplés avec des insurgés, se battant pour conserver leur capacité à faire de l'argent», a déclaré le général Nicholson.

Par ailleurs, des sources sécuritaires afghanes s'inquiètent, sous couvert de l'anonymat, de la persistance du groupe État islamique (EI) dans l'est du pays qui commence à recevoir des renforts de combattants de l'EI fuyant l'Irak et la Syrie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer