Une tribu sioux s'oppose à un oléoduc: des violences éclatent

Certains manifestants ont été blessés et présentaient des... (PHOTO ROBYN BECK, AFP)

Agrandir

Certains manifestants ont été blessés et présentaient des traces de morsures de chien. Selon les services du shérif du comté de Morton, trois agents de sécurité ont eux aussi été blessés.

PHOTO ROBYN BECK, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CANNON BALL

Des affrontements violents ont eu lieu samedi soir près d'une réserve sioux du Dakota du Nord où des manifestants se sont installés pour protester contre la construction d'un oléoduc qui menace selon eux des sites sacrés.

Les échauffourées ont eu lieu à Cannon Ball, au milieu des immenses prairies de cet État du nord des États-Unis.

Les Sioux de la réserve de Standing Rock affirment que les équipes de construction ont, en creusant, détruit plusieurs sites sacrés d'inhumation et de prière.

Les manifestants en colère ont franchi une barrière et des affrontements ont éclaté avec des gardes de sécurité accompagnés de chiens qui ont utilisé des gaz lacrymogènes.

«Ils ont essayé de nous repousser avec leurs camions et leurs bulldozers, mais nous avons insisté», a raconté à l'AFP Seeyouma Nashcid, venu de l'Arizona.

Certains manifestants ont été blessés et présentaient des traces de morsures de chien. Selon les services du shérif du comté de Morton, trois agents de sécurité ont eux aussi été blessés.

La tribu, dont la réserve est située au sud de l'endroit où l'oléoduc de 1900 kilomètres doit traverser la rivière Missouri, s'est tournée vers la justice pour tenter de bloquer le projet qui menace selon elle son accès à l'eau potable et plusieurs sites historiques.

Des membres d'autres tribus à travers les États-Unis se sont joints à leur combat et sont rassemblés depuis des mois dans un camp de fortune installé près de la réserve.

Samedi, certains d'entre eux ont soudain découvert que les opérations de construction avaient repris.

«Les démolitions sont catastrophiques», a indiqué dans un communiqué David Archambault, responsable de la tribu. «Ces terres sont les lieux où reposent nos ancêtres. Les constructions en pierre et les lieux de prière ne peuvent être remplacés».

Selon des témoins, des représentants des forces de l'ordre étaient proches samedi lors des incidents, mais ne sont pas immédiatement intervenus. Mais la porte-parole du shérif, Donnell Preskey, a affirmé qu'ils n'étaient pas présents «au moment où le conflit a éclaté».

Un juge fédéral doit se prononcer d'ici le 9 septembre sur une éventuelle suspension temporaire des travaux visant à faire passer l'oléoduc sous la rivière.

Sollicité par l'AFP, le groupe Energy Transfer Partners, responsable de ce projet, n'était pas joignable dimanche.

C'est de cette région qu'est issu Sitting Bull, chef sioux qui s'illustra en particulier dans la bataille de Little Big Horn.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer