Cincinnati: un bambin chute dans l'enclos d'un gorille, la bête abattue

Harambe, un gorille mâle âgé de 17 ans... (Photo Reuters)

Agrandir

Harambe, un gorille mâle âgé de 17 ans et pesant plus de 180 kilogrammes, que l'on voit sur la photo, a été abattu.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les employés du zoo de Cincinnati, dans l'est des États-Unis, ont dû tuer un de leurs gorilles samedi après la chute d'un garçon âgé de trois ans dans l'enclos du singe, a annoncé la direction.

L'enfant a franchi en rampant une barrière qui délimitait l'enceinte du primate et est tombé dans un fossé, a précisé à la presse le directeur du parc zoologique, Thane Maynard.

Harambe, un gorille mâle âgé de 17 ans et pesant plus de 180 kilogrammes, «est descendu et l'a attrapé», selon le directeur du zoo, qui compte onze représentants de cette espèce.

Le grand singe a ensuite traîné autour de son habitat le garçon qui hurlait, selon des témoins interrogés par les médias locaux, avant que l'équipe d'intervention sur les animaux dangereux du zoo ne fasse feu sur lui, le tuant environ 10 minutes après l'entrée du garçon dans l'enclos.

Le garçonnet a été hospitalisé pour des blessures mais ses jours ne sont pas en danger, selon des médias citant la police.



L'équipe d'intervention a pris la décision d'abattre le singe par balle plutôt que de lui administrer un tranquillisant avec une carabine à injection parce que ce dernier n'aurait pas fait effet immédiatement, a justifié M. Maynard, pour qui le zoo «n'avait jamais vécu une telle situation».

«Notre équipe d'intervention sur les animaux dangereux a jugé que c'était une situation de vie ou de mort», a-t-il ajouté. «Ils ont sauvé la vie de ce petit garçon.»

Cet incident en rappelle un autre, survenu une semaine auparavant dans un zoo de Santiago du Chili et qui a suscité la colère des défenseurs des animaux: un homme de 20 ans a pénétré volontairement dans la cage de deux lions, qui ont également été abattus par les employés du parc.

L'homme, qui affirmait dans une lettre retrouvée dans sa poche s'inspirer de la Bible, a été grièvement blessé par les deux fauves mais son pronostic vital n'est plus engagé.

«Quand la vie d'une personne est en danger, il faut sacrifier les animaux», a déclaré la directrice du zoo tout en se disant «consternée» par l'incident.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer