Des États républicains refusent d'accueillir des réfugiés syriens

Montrés du doigt pour leur manque de réactivité... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Montrés du doigt pour leur manque de réactivité face à la crise migratoire déclenchée par le conflit en Syrie, les États-Unis ont annoncé début septembre qu'ils allaient accueillir 10 000 réfugiés syriens d'ici octobre 2016, contre 1800 seulement depuis 2011.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis 2015 des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Anne RENAUT
Agence France-Presse
Washington

Près de la moitié des 50 États américains s'opposaient lundi à l'accueil des réfugiés syriens, après les attentats de Paris, au risque de faire l'amalgame entre «réfugiés» et «terrorisme» dénoncé par le président Barack Obama.

De l'Ohio au Texas, plus de vingt gouverneurs, presque tous républicains, mais aussi des candidats à la Maison-Blanche et d'influents membres du Congrès ont annoncé ne plus vouloir accueillir de réfugiés syriens, de crainte qu'un éventuel terroriste ne se cache parmi eux.

Le président de la commission de la Sécurité intérieure de la Chambre des représentants, Michael McCaul, a appelé lundi Barack Obama à suspendre l'accueil de réfugiés syriens, organisé «sans respecter la sécurité des Américains». Un appel auquel s'est joint l'État de l'Oklahoma.

«Un "réfugié" syrien semble avoir participé aux attaques terroristes de Paris. La compassion humanitaire américaine pourrait être exploitée pour exposer les Américains à un danger mortel similaire», a de son côté expliqué Greg Abbott, gouverneur du Texas.

Dans une lettre à Barack Obama, il a annoncé qu'il n'y «accepterait pas de réfugiés de Syrie».

Les attentats, qui ont fait 129 morts et plus de 350 blessés, auraient été «planifiés en Syrie» selon le président français François Hollande.

Au moins trois de leurs auteurs auraient séjourné en Syrie et l'un d'entre eux, Ahmad al Mohammad, 25 ans, né à Idlib en Syrie, avait été contrôlé en Grèce en octobre.

Le gouverneur du Mississippi, Phil Bryant, a lui dénoncé une politique «extrêmement dangereuse», tout comme celui de l'Alabama.

La Louisiane, l'Arkansas, le Tennessee, la Georgie, l'Idaho, le Kansas, le Maine, la Caroline-du-Nord, l'Ohio, le Wisconsin et l'Arizona refusent désormais d'accueillir ces réfugiés.

Le gouverneur du Massachusetts Charlie Baker s'est déclaré «pas intéressé par l'acceptation de réfugiés de Syrie», suivi par son homologue de Caroline-du-Sud.

Charlie Baker... (PHOTO AP) - image 2.0

Agrandir

Charlie Baker

PHOTO AP

Le gouverneur du Nebraska, Pete Ricketts, n'a pas directement ordonné l'arrêt de l'accueil, mais a appelé «toutes les agences de placement des réfugiés à décliner» les demandes.

Une gouverneure démocrate

D'autres États ont suspendu temporairement l'accueil de réfugiés syriens, en attendant des mesures de sécurité supplémentaires de la part du gouvernement fédéral, comme l'Illinois, l'Indiana et le Michigan.

Le New Hampshire, dont la gourverneure Maggie Hassan se distingue en étant la seule démocrate à se joindre à l'appel, a également demandé une «halte».

Pour autant, a souligné Rick Snyder, gouverneur du Michigan, qui abrite l'une des plus importantes communautés originaires du Moyen-Orient, les attentats «sont menés par des extrémistes et ne reflètent pas l'attitude pacifique des gens originaires du Moyen-Orient».

Les États n'ont pas les moyens de s'opposer à des financements fédéraux en matière d'installation des réfugiés. Le gouverneur de Floride, Rick Scott, a donc réclamé au Congrès des «mesures agressives et immédiates» afin de bloquer tout financement fédéral d'installation de Syriens en attendant d'«évaluer les risques».

Le Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) s'est indigné des positions de ces «gouverneurs qui rejettent ceux qui fuient la guerre et la persécution, abandonnent nos idéaux et à la place projettent nos peurs sur le monde».

Suzanne Akhras Sahloul, directrice de l'organisation d'aide aux réfugiés Syrian Community Network a confié à l'AFP être «profondément déçue par (son) pays».

«Qu'est-ce qui nous arrive pour que nous fermions maintenant nos portes aux gens qui échappent au terrorisme, aux traumatismes et à la mort?», s'est-elle demandé.

Les États-Unis ont annoncé début septembre qu'ils allaient accueillir 10 000 réfugiés syriens d'ici octobre 2016, contre 1800 seulement depuis 2011.

Plusieurs candidats républicains à la présidentielle, dont Donald Trump, Jeb Bush ou encore Marco Rubio ont également estimé que les États-Unis ne devaient pas accueillir de réfugiés syriens, parmi lesquels pourraient se trouver des jihadistes du groupe État islamique (EI), qui a revendiqué les attaques de vendredi.

Pour le président Obama, «Il est très important que nous ne fermions pas nos coeurs aux victimes d'une telle violence». Depuis la Turquie, le président américain a appelé à «ne pas faire de lien entre la question des réfugiés et celle du terrorisme».

Sur l'autre moitié des États américains, six restent prêts à ouvrir leurs portes.

«Nous avons été et nous continuerons d'être un État qui embrasse la compassion et rejette la peur», a notamment déclaré Jay Inslee, gouverneur de Washington.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer