Un garçon de 11 ans abat sa voisine de 8 ans

Un garçon de 11 ans a été inculpé d'assassinat dans l'État du Tennessee après... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chicago

Un garçon de 11 ans a été inculpé d'assassinat dans l'État du Tennessee après avoir tué par balle sa voisine, une fillette de huit ans, suite à une dispute concernant un chiot, a annoncé le shérif du comté.

La fille de Latasha Dyer jouait dehors lorsque l'enfant lui a demandé de voir son chiot, a-t-elle expliqué à la chaîne locale WATE 6 News, qui a mis en ligne le témoignage dimanche.

La jeune fille prénommée McKayla aurait répondu «non» peu avant de se faire tirer dessus au niveau du thorax.

D'après Mme Dyer, le garçon «harcelait» et «insultait» sa fille. «J'ai été voir le directeur (de l'école qu'ils fréquentaient, NDLR), et le garçon a arrêté pendant un moment. Et puis tout d'un coup, hier, il lui a tiré dessus», a-t-elle expliqué.

«J'espère que le petit garçon a compris la leçon car il a pris la vie de mon bébé, et je ne peux pas la faire revenir», a ajouté Mme Dyer, très émue.

Le shérif du comté local de Jefferson, G.W. McCoig a indiqué lors d'une conférence de presse que le garçon avait été inculpé pour assassinat. Il a été placé dans un centre de détention pour mineur jusqu'à sa prochaine audition prévue le 28 octobre, a-t-il précisé à l'AFP par téléphone.

La petite ville de White Pine, située à une soixantaine de kilomètres à l'est de Knoxville, est sous le choc mais l'école et les églises de la localité se sont organisées pour aider les habitants à faire face à ce «cas bouleversant», a ajouté M. McCoig.

Le pré-adolescent se trouvait à son domicile samedi lorsqu'il a tiré sur la fillette avec le fusil calibre 12 de son père vers 19h30, a précisé le shérif.

L'arme avait été acquise de façon légale.

«Les deux enfants étaient voisins et dans le voisinage tous les enfants jouent ensemble, se connaissent et fréquentent tous la même école», a déclaré M. McCoig pendant la conférence de presse.

Il n'a donné aucun détail supplémentaire, expliquant que les autorités cherchent à «protéger» les cinq autres enfants vivant dans la maison du garçon et les deux autres dans celle de la fillette.

«Cette arme aurait du être mise sous clé ou au moins hors de portée», a déclaré Chasity Arwood, une voisine, à la chaîne locale WBIR news.

Le débat sur le contrôle des armes à feu a été relancé aux États-Unis après la fusillade du 2 octobre sur un campus universitaire de l'Oregon, au cours de laquelle un jeune homme de 26 ans a abattu neuf personnes.

Le président Barack Obama s'est exprimé à nouveau sur ce drame vendredi pour fustiger l'«inaction» des élus à réguler davantage l'accès aux armes à feu.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer