Silk Road: un ex-membre des services secrets plaide coupable

Shaun Bridges, 32 ans, a plaidé coupable d'avoir... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Shaun Bridges, 32 ans, a plaidé coupable d'avoir détourné des bitcoins pendant son enquête.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Un ex-membre des services secrets américain a plaidé coupable d'avoir détourné plus de 800 000 dollars en devise électronique bitcoin alors qu'il enquêtait sur l'affaire Silk Road, a annoncé lundi le ministère de la Justice américain.

Les services secrets sont chargés aux États-Unis de la protection du président et des membre de sa famille mais aussi des enquêtes sur la fausse monnaie.

Silk Road était un site internet où s'effectuaient des transactions qui pouvaient être réglées en bitcoin, une monnaie électronique immatérielle. Le créateur du site, Ross Ulbricht, a été condamné en mai dernier à la prison à vie pour blanchiment d'argent, trafic de stupéfiants, entreprise criminelle et piratage informatique.

Shaun Bridges, 32 ans, a plaidé coupable d'avoir détourné des bitcoins pendant son enquête. Membre des services secrets pendant six ans au sein de l'antenne de Baltimore, au Maryland, il avait été assigné à l'unité chargée d'enquêter sur la délinquance financière électronique. Sa sentence sera prononcée par un juge californien en décembre prochain.

«M. Bridges a admis avoir dérobé sans scrupules pour 820 000 dollars de monnaie numérique alors qu'il était agent des services secrets, une initiative qui a enfreint la confiance que le public plaçait en lui», a affirmé Melissa Haag, procureure du district de Californie chargé de l'enquête.

Selon ses déclarations, Shaun Bridges a utilisé un compte administrateur en janvier 2013 pour accéder au site de Silk Road où il a modifié des mots de passe pour pouvoir déplacer des bitcoins de ces comptes vers un «portefeuille numérique» qu'il contrôlait.

Ces bitcoins ont été transférés vers un autre compte auprès de la société Mt. Gox basée au Japon avant d'être vendus pour une somme totale de 820 000 dollars qui a ensuite été rapatriée aux États-Unis.

Le français Mark Karpelès, patron de Mt. Gox, une autre plate-forme d'échange de bitcoins, a été arrêté le 1er août par la police japonaise. Son site avait spectaculairement fait faillite en 2014. Il est accusé d'avoir falsifié des données dans le système informatique de la plateforme en 2013 pour créer artificiellement un million de dollars.

Carl Force, 46 ans, un agent des services de lutte anti-drogue américains (DEA), qui avait aussi participé à l'enquête Silk Road, avait également plaidé coupable début juillet d'avoir dérobé des bitcoins pour une valeur d'environ 700 000 dollars, a rappelé le ministère de la Justice lundi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer