Une fonctionnaire obligée de délivrer des permis de mariage à tous

Kim Davis a cessé de délivrer des permis... (PHOTO AP)

Agrandir

Kim Davis a cessé de délivrer des permis de mariage dans les jours qui ont suivi la décision de la Cour Suprême de légaliser le mariage gai partout aux États-Unis, le 26 juin.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claire Galofaro
Associated Press
Morehead

La Cour suprême a jugé lundi qu'une fonctionnaire du Kentucky ne pouvait pas refuser de délivrer des permis de mariage à des couples homosexuels.

Mardi matin, Kim Davis devra choisir entre obéir au jugement et aller à l'encontre de ses convictions religieuses ou continuer à refuser de délivrer des permis de mariage et ainsi défier un juge fédéral, auquel cas elle s'expose à des amendes et à une peine de prison.

«Elle devra réfléchir à sa décision et prier cette nuit. Elle comprend certainement les conséquences de son choix», a dit Mathew D. Staver, fondateur de la firme d'avocats à but non lucratif Liberty Counsel qui représente la fonctionnaire du comté de Rowan, quelques heures avant l'expiration d'un délai ordonné par la cour. «Elle se rendra au travail demain (mardi) et fera face à tout ce qu'elle aura à faire face.»

Kim Davis a cessé de délivrer des permis de mariage dans les jours qui ont suivi la décision de la Cour Suprême de légaliser le mariage gai partout aux États-Unis, le 26 juin. Deux couples gais et deux couples hétérosexuels l'ont poursuivie, faisant valoir qu'en tant qu'officielle élue, elle doit accomplir ses fonctions malgré ses convictions religieuses.

Un juge fédéral lui a ordonné de délivrer les permis, et une cour d'appel a confirmé cette décision. Ses avocats ont tenté un ultime appel à la Cour Suprême vendredi, lui demandant d'accorder à Mme Davis «asile pour sa conscience».

Le tribunal a refusé la demande de suspension du jugement sans faire de commentaire.

Un des couples auxquels Kim Davis a refusé de délivrer un permis de mariage a quant à lui demandé à ce que la greffière soit accusée de manquements à ses obligations officielles, un délit punissable de jusqu'à un an de prison.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer