Journalistes tués : la survivante n'avait pas aperçu le tireur

Alison Parker interviewait Vicki Gardner, directrice de la... (PHOTO WDBJ7-TV/AFP)

Agrandir

Alison Parker interviewait Vicki Gardner, directrice de la chambre de commerce, lorsqu'elle et son caméraman ont été abattus par un ancien collègue, mercredi.

PHOTO WDBJ7-TV/AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
David Dishneau, John Raby
Agence France-Presse
ROANOKE, Virginie

La femme qui a survécu à l'attaque contre des journalistes américains qui étaient en ondes en direct affirme qu'elle n'a jamais pu apercevoir le tireur s'approcher d'eux puisque la lumière de la caméra devant elle l'aveuglait.

Vicki Gardner, une représentante de la chambre de commerce locale accordait une entrevue à la journaliste de la station WDBJ Alison Parker, mercredi, à Moneta, en Virginie, lorsque les coups de feu ont retenti.

Le tireur, Vester Flanagan, a tiré quatre fois sur la journaliste et deux fois sur son caméraman, Adam Ward, a relaté l'époux de Mme Gardner, Tim, lors d'un entretien téléphonique avec l'Associated Press.

M. Flanagan s'est ensuite tourné vers Mme Gardner, sur qui il a tiré en manquant son coup à quelques reprises. Les deux journalistes ont succombé à leurs blessures à la tête et au corps, mais l'interviewée a survécu à ses lésions au dos.

Lorsqu'elle s'est effondrée au sol, le tireur a quitté les lieux, et la victime a feint la mort jusqu'à l'arrivée des secours, a poursuivi son mari, qui parlait depuis l'hôpital où sa femme est soignée.

M. Flanagan a tiré 17 fois en tout à l'aide d'un pistolet de type Glock, selon un communiqué du Bureau du shérif de comté de Franklin. Des écrits et des preuves saisies à l'appartement de l'homme démontrent qu'il « s'identifiait étroitement » à des criminels qui ont commis des massacres - dont ceux qui ont perpétré les attaques du 11 septembre 2001.

Au terme d'une chasse à l'homme, le tireur a tourné l'arme contre lui et sa mort a été constatée plus tard.

Vester Flanagan, un ancien journaliste de WDBJ, avait été congédié de la station en 2013 notamment en raison de conflits avec ses collègues. Il alléguait qu'il en était toujours la victime.

L'ami de coeur d'Alison Parker, Chris Hurst, a précisé qu'elle avait été affectée sur un dossier avec M. Flanagan lorsqu'elle était stagiaire. Elle aurait alors fait la remarque innocemment qu'il vivait sur la rue « Cotton Hill », ce qu'il aurait perçu comme du racisme.

« Elle ne savait vraiment pas pourquoi il était vexé. Mais elle savait qu'elle était mal à l'aise avec lui, comme plusieurs personnes à la station », a-t-il affirmé.

Le gouverneur de la Virginie Terry McAuliffe a eu une rencontre privée avec les employés de la station pour leur transmettre ses condoléances. Le groupe de 50 employés, qui sont très proches, a poursuivi le travail malgré le drame touchant ses collègues. « Le courage et la détermination dont ils ont fait preuve est vraiment, vraiment extraordinaire », a déclaré M. McAuliffe, à l'extérieur de l'édifice.

Le gouverneur a également affirmé qu'il était en faveur de l'adoption d'une vérification universelle des antécédents avant l'achat d'une arme à feu. « Il y a trop de fusils aux États-Unis et il y a clairement trop de fusils entre les mauvaises mains », a-t-il lancé.

M. McAuliffe a toutefois plus tard admis que M. Flanagan lui-même avait passé à travers ce processus de vérification.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer