La Californie dévorée par les flammes

Dimanche, quelque 8500 pompiers combattaient 21 vastes incendies,... (Photo AFP)

Agrandir

Dimanche, quelque 8500 pompiers combattaient 21 vastes incendies, disséminés dans tout l'État de la côte ouest des États-Unis.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Josh Edelson, Elodie MAZEIN
Agence France-Presse
Clearlake et Washington

Des milliers de pompiers luttaient dimanche contre les flammes d'une vingtaine d'incendies en Californie, frappée par la pire sécheresse de son histoire, qui ont causé la mort d'un soldat du feu et nécessité l'évacuation de milliers de personnes.

«Depuis jeudi soir, des milliers de coups de foudre sont tombés, déclenchant plusieurs centaines de petits incendies», a indiqué Calfire, l'organisme de prévention des feux en Californie, dans un communiqué dimanche en milieu de journée.

Il prévoyait des orages en montagne dans la journée, avec peu de pluie. Les éclairs pourraient donc de nouveau allumer des feux en touchant un sol et des végétaux asséchés par quatre années d'une sécheresse historique.

Dans la soirée de dimanche, Calfire a annoncé ses premières nouvelles encourageantes: trois feux étaient en voie d'être circonscrits dans les comtés de Nevada, Napa et Shasta.

Dimanche matin, quelque 8500 pompiers combattaient 21 vastes incendies, disséminés dans tout l'État de la côte ouest des États-Unis.

Les soldats du feu californiens ont reçu le renfort de pompiers venus d'autres États, comme le Nevada et le Colorado.

La Garde nationale de Californie et désormais celle du Colorado ont également été sollicitées, a indiqué dimanche après-midi Daniel Berlant, porte-parole de Calfire lors d'un point sur la situation sur le service de vidéo en direct Periscope.

L'incendie le plus important, situé dans le comté de Lake, n'était circonscrit qu'à 5%.

Le Rocky Fire, comme il a été baptisé, a brûlé 190 km2 depuis mercredi après-midi, a indiqué M. Berlant, remarquant sa progression «explosive» puisqu'il a détruit 80 km2 en à peine cinq heures.

C'est «historique», d'autant qu'il n'était pas attisé par le vent, a-t-il remarqué, attribuant cette vitesse à un taux d'humidité inférieur à 10% et des températures supérieures à 38 degrés.

Selon lui, quelque 12 000 personnes ont été évacuées, et 5000 maisons sont menacées --24 avaient été détruites à Lower Lake dimanche matin--. Ce feu mobilisait près de 2000 pompiers à lui seul, 180 engins au sol, 4 avions bombardier d'eau et 19 hélicoptères.

Son origine, comme celle de plusieurs autres, faisait encore l'objet d'une enquête dimanche.

Le «Fork Complex», composé de plusieurs foyers allumés par des éclairs, a lui détruit près de 100 km2 et continue sa progression, a dit M. Berlant. Environ 800 pompiers sont sur ce site.

Selon un bilan effectué mi-juillet par Calfire, le feu le plus important survenu cette année avait eu lieu fin juin près de San Bernardino, à environ 80 km de Los Angeles, avec 125 km2 brûlés.

Au total, d'après un calcul de l'AFP, ces 21 incendies avaient détruit dimanche matin près de 500 km2.

Près de 10 000 personnes mobilisées

Le bureau du gouverneur de Californie Jerry Brown a fait savoir dimanche à l'AFP qu'environ 9600 personnes luttaient contre les flammes, rattachées à des agences locales, de l'État et fédérales.

Le gouverneur avait décrété l'état d'urgence en Californie tard vendredi soir.

«La sévère sécheresse et le climat extrême ont transformé quasiment tout l'État en poudrière», avait justifié le gouverneur dans un communiqué.

Il avait annoncé la mort d'un pompier de 38 ans, Dave Ruhl, qui a succombé jeudi près d'Alturas (nord-ouest). Il était venu du Dakota du Sud (nord) pour prêter main-forte.

Les incendies sont fréquents en Californie mais ils se multiplient ces derniers temps à cause de la grave sécheresse qui sévit depuis quatre ans dans cet État.

D'importantes restrictions de la consommation d'eau ont d'ailleurs été décidées en avril par le gouverneur, et renforcées depuis.

Mi-juillet, les autorités californiennes avaient fait part de leurs inquiétudes concernant un éventuel record d'incendies cette année si la sécheresse persistait.

L'État avait déjà dénombré plus de 3400 feux, soit un millier de plus que lors d'une année normale. Et 900 de plus que sur la même période de 2014.

«Nous n'avons pas vu des conditions (de sécheresse telles) depuis les années 1970 en Californie», avait relevé Daniel Berlant, porte-parole de Calfire.

À cause de terrains desséchés «si tôt dans la saison», «il est possible qu'on établisse cette année un nouveau record (d'incendies) si les conditions persistent», a-t-il averti.

D'après lui, 95% des incendies recensés en Californie sont causés par l'homme, que ce soit par des imprudences ou parfois simplement par un appareil électrique, comme une tondeuse à gazon, qui produit des étincelles.

Selon le Service national des forêts (USDA forest service), qui veille sur les 780 000 km2 de forêts et de prairies des États-Unis, les incendies ravagent désormais deux fois plus d'hectares chaque année qu'il y a 40 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer