Caroline-du-Sud: vers un retrait du drapeau confédéré

Des manifestants ont brandi le drapeau confédéré devant le... (PHOTO AP)

Agrandir

Des manifestants ont brandi le drapeau confédéré devant le parlement de la ville de Columbia.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Les sénateurs de Caroline-du-Sud, avec en tête le récent massacre de neuf Afro-Américains à Charleston, ont fait un pas lundi vers le retrait du parlement local du drapeau confédéré, symbole d'histoire pour les uns, de «haine» pour les autres.

D'un vote qui n'est pas définitif, le Sénat local a massivement approuvé par 37 voix contre trois une proposition de loi visant à retirer le drapeau qui flotte depuis une quinzaine d'années à côté d'un monument du souvenir de la guerre de Sécession (1861-1865), dans les jardins du parlement de Columbia, la capitale de l'État.

Le débat doit néanmoins se poursuivre mardi avant un troisième vote puis la proposition de loi ira à la Chambre des représentants locale où une majorité des deux-tiers d'élus est également requise.

Le retrait de ce drapeau confédéré, régulièrement critiqué par les associations noires car symbolisant l'esclavage, est particulièrement demandé depuis le massacre de neuf Noirs le 17 juin, abattus dans une église de Charleston par un partisan de la suprématie blanche.

Le pasteur et sénateur Clementa Pinckney, à qui ses collègues ont rendu hommage, faisait partie des victimes.

La gouverneure républicaine de Caroline-du-Sud Nikki Haley avait appelé le 22 juin dernier les élus à voter le retrait du drapeau à la suite de la tuerie.

L'auteur de la proposition de loi, le démocrate Vincent Sheheen, a indiqué lundi que le drapeau devait être retiré non pas à cause du massacre de Charleston, mais «parce que c'est la bonne décision à prendre», insistant sur combien il divisait l'opinion locale.

Le démocrate Joel Lourie dénonçait, lui, un drapeau qui «rappelle des souvenirs horribles d'esclavage et est le symbole de la haine et du racisme», tandis que d'autres plaidaient l'unité à retrouver dans l'État.

Plusieurs amendements ont été rejetés, l'un appelant à un référendum populaire, un autre proposant que le drapeau soit hissé chaque 10 mai, jour célébrant la mémoire de la Confédération.

Le républicain Lee Bright, pour qui «enlever le drapeau ne va pas changer la nation», a également proposé en vain que ce drapeau militaire rouge à croix de Saint André bleue, soit remplacé par le vrai drapeau officiel de la Confédération, le «Stars and Bars» à étoiles et rayures.

Le révérend Jesse Jackson, militant des droits civiques, assistait en spectateur au débat sur ce drapeau qui a polarisé la nation ces dernières semaines, jusqu'à son président Barack Obama évoquant un symbole d'une «oppression généralisée».

Des manifestants s'étaient postés devant le bâtiment officiel, des militants noirs dénonçant un symbole de l'esclavage alors que d'autres, blancs, l'arboraient ostensiblement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer