Le créateur de Silk Road fait appel de sa sentence à perpétuité

Ross Ulbricht, un Californien de 31 ans né... (PHOTO REUTERS/FOURNIE PAR LA FAMILLE)

Agrandir

Ross Ulbricht, un Californien de 31 ans né au Texas, qui avait créé le site en janvier 2011, avait été reconnu coupable en février, notamment de blanchiment, trafic de stupéfiants, entreprise criminelle et piratage informatique.

PHOTO REUTERS/FOURNIE PAR LA FAMILLE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
NEW YORK

Le créateur du site Silk Road, considéré avant sa fermeture comme le plus grand site de vente de drogues en ligne au monde, a fait appel de sa condamnation à la prison à perpétuité, selon des documents de justice.

Ross Ulbricht, un Californien de 31 ans né au Texas, qui avait créé le site en janvier 2011, avait été reconnu coupable en février, notamment de blanchiment, trafic de stupéfiants, entreprise criminelle et piratage informatique.

Il a été condamné le 29 mai à la prison à vie, sans possibilité de libération. Soit la peine maximale alors que le procureur lui-même ne l'avait pas réclamée, et que la défense avait plaidé pour la peine minimale de 20 ans d'enfermement.

Selon des documents judiciaires, il a fait appel jeudi auprès d'un tribunal fédéral de New York.

Silk Road («route de la soie» en français) a été utilisé pour vendre 200 millions de dollars de drogues dans le monde entier.

Fermé par le FBI en octobre 2013, après l'arrestation d'Ulbricht à San Francisco, le site proposait aussi des kits de piratage, des faux papiers, et des services de tueurs à gages, d'après l'accusation, qui soupçonnait également M. Ulbricht d'avoir commandité cinq assassinats dans son entourage, pour protéger le secret entourant les transactions du site. Rien n'a cependant établi que ces meurtres aient eu lieu.

Le créateur du site avait amassé selon l'accusation une fortune de 18 millions de dollars.

Son avocat, Joshua Dratel, avait en vain essayé durant le procès de quatre semaines de convaincre qu'il n'était pas le vrai cerveau du site, mais les jurés avaient estimé qu'il était bien l'opérateur du site qui se cachait derrière le pseudonyme «Dread Pirate Roberts».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer