Le républicain Mike Huckabee de nouveau candidat à la Maison-Blanche

L'ex-gouverneur de l'Arkansas Mike Huckabee.... (PHOTO JIM COLE, ARCHIVES AP)

Agrandir

L'ex-gouverneur de l'Arkansas Mike Huckabee.

PHOTO JIM COLE, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Mike Huckabee, ancien pasteur baptiste, gouverneur et présentateur de Fox News, a annoncé mardi sa candidature à l'investiture républicaine pour la présidentielle de 2016, sixième à se lancer officiellement dans la course.

«Je suis candidat à la présidence des États-Unis d'Amérique», a déclaré Mike Huckabee lors d'un discours à Hope, dans l'Arkansas, État du sud des États-Unis où il est né.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

«Le pouvoir, l'argent et l'influence politique ont laissé de nombreux Américains à la traîne», a déclaré Mike Huckabee, adoptant un ton populiste et anti-establishment.

Défendant les 90 % d'Américains dont les salaires, selon lui, «stagnent depuis 40 ans», le républicain a défendu le système public de retraite, que de nombreux membres de son parti souhaitent réformer, voire privatiser.

À 59 ans, il se présente comme le candidat de l'Amérique rurale et évangélique. Il a dénoncé la légalisation du mariage entre personnes de même sexe comme une «pénalisation de la religion chrétienne».

Il fut gouverneur de l'Arkansas de 1996 à 2007, puis candidat aux primaires de 2008. Malgré une victoire dans l'Iowa et d'autres États du Sud, il avait fini par perdre face au sénateur John McCain, qui fut investi pour affronter Barack Obama.

Il a ensuite présenté pendant six ans et demi une émission hebdomadaire sur la chaîne d'informations conservatrice Fox News, qu'il a quittée en janvier.

«Dieu ne m'a pas mis sur Terre seulement pour que je m'amuse ou que je gagne bien ma vie», déclarait-il alors en disant au revoir à ses téléspectateurs, abandonnant «un salaire généreux».

Malgré son importante exposition médiatique, ses chances de succès semblent faibles.

Il n'est le premier choix que de 5 % des électeurs républicains, loin derrière Jeb Bush (23 %), pas encore officiellement déclaré, selon un sondage Wall Street Journal/NBC News publié mardi.

Dans une vidéo publiée sur Facebook en avril, il épousait aussi l'étiquette de «nationaliste», un terme qu'il oppose aux «globalistes».

«Notre responsabilité première est de bâtir ce pays, et non tous les autres pays de la Terre», expliquait-il.

Quant aux djihadistes, il a juré mardi de les «conquérir» et non de les «endiguer».

Les autres candidats officiels aux primaires républicaines sont, dans l'ordre chronologique de déclaration: le sénateur du Texas Ted Cruz, le sénateur du Kentucky Rand Paul, le sénateur de Floride Marco Rubio, l'ancien chirurgien Ben Carson et l'ancienne PDG de Hewlett-Packard Carly Fiorina.

De nombreux autres devraient encore se lancer, notamment Jeb Bush, ancien gouverneur de Floride, frère et fils des anciens présidents George W. Bush et George H. W. Bush.

Côté démocrate se sont déclarés l'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton et le sénateur du Vermont Bernie Sanders.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer