Projet de loi au Congrès pour donner le feu vert à Keystone XL

Le vote intervient alors que la justice américaine,... (Photo archives New York Times)

Agrandir

Le vote intervient alors que la justice américaine, dans l'État du Nebraska (centre) où doit aboutir le futur oléoduc, a levé vendredi le dernier obstacle à l'approbation ou au rejet du projet par l'administration de Barack Obama.

Photo archives New York Times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dina Cappiello
Associated Press
WASHINGTON

La Chambre des représentants a adopté, vendredi, un projet de loi visant à donner le feu vert à l'oléoduc Keystone XL, en dépit de l'intention de la Maison-Blanche d'imposer son veto, même si la Cour suprême du Nebraska a rejeté une requête visant à invalider le tracé de ce controversé projet.

Le projet de loi a été approuvé par 266 représentants - dont 28 démocrates - contre 152.

Il s'agit d'une des premières mesures législatives mises de l'avant par le Congrès dorénavant contrôlé par les républicains, et du dixième vote tenu depuis 2011 sur ce projet de 8 milliards $ visant à transporter du pétrole des sables bitumineux albertains vers les raffineries texanes du golfe du Mexique. Soulignant que plus de 2000 jours s'étaient écoulés depuis le dépôt du projet, en 2008, le leader de la majorité républicaine à la Chambre, Kevin McCarthy, a estimé qu'il était temps de construire l'oléoduc plutôt que de poursuivre les débats.

Un important vote est prévu ce lundi au Sénat concernant Keystone XL, qui dispose des appuis nécessaires pour approuver un projet de loi similaire à celui de la Chambre des représentants.

Plus tôt vendredi, le plus haut tribunal du Nebraska avait rejeté la requête en invalidité du tracé proposé pour l'oléoduc Keystone XL, envoyant du même coup la balle dans le camp du président Barack Obama. Ce dernier plaidait notamment qu'il devait tenir compte de la décision de la Cour suprême du Nebraska avant de se prononcer.

Après le rejet de la requête, le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a exhorté M. Obama à revenir sur sa décision et à renoncer à son droit de veto.

«Cette décision offre l'occasion idéale au président pour qu'il change sa position contre-productive sur ce projet, a-t-il dit. Le président a maintenant toutes les raisons de l'approuver.»

Dans un communiqué, un porte-parole de la Maison-Blanche, Eric Schultz, a toutefois fait savoir que la décision du plus haut tribunal du Nebraska n'allait pas influencer M. Obama quant au recours à son droit de veto.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer