Choc et colère à New York après l'assassinat de deux policiers

Des citoyens sont venus déposer bougies et fleurs... (Photo Stephanie Keith, Reuters)

Agrandir

Des citoyens sont venus déposer bougies et fleurs sur le lieu du drame.

Photo Stephanie Keith, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte DUSSEAU
Agence France-Presse
NEW YORK

New York était sous le choc dimanche, sa police furieuse, après l'assassinat de deux agents exécutés par un homme qui voulait apparemment venger deux Noirs, dont la mort a suscité de nombreuses manifestations aux États-Unis ces dernières semaines.

Les deux policiers de 32 et 40 ans, Wenjian Liu et Rafael Ramos, dont l'un était jeune marié et l'autre père d'un fils de 13 ans, ont été tués de sang-froid, atteints en pleine tête dans leur voiture stationnée devant une cité HLM de Brooklyn samedi après-midi.

Leur agresseur, un homme noir de 28 ans, membre présumé du gang «Black Guerilla Family», connu des services de police, s'est ensuite suicidé sur un quai de métro.

«Ils n'ont pas eu la possibilité de sortir leur arme et n'ont peut-être même jamais vu leur agresseur» a déclaré, bouleversé, le chef de la police de New York, Bill Bratton.

Le meurtrier, identifié comme Ismaaiyl Brinsley, était venu de Baltimore, à 300 km au sud de New York et avait annoncé ses intentions sur Instagram.

«Je mets des ailes aujourd'hui aux cochons. Ils prennent 1 des nôtres... Prenons 2 des leurs», avait-il écrit.

«Tuons la police, RIPEricGardner RIPMikeBrown», avait-il ajouté, en référence à Eric Garner, père de famille noir mort lors d'une interpellation musclée en juillet à New York et Mike Brown, adolescent tué par un policier à Ferguson (Missouri) en août. La colère a été d'autant plus forte que les policiers responsables de la mort d'Eric Garner et Mike Brown ne seront pas poursuivis.

Selon le New York Times, Brinsley avait été traité par le passé pour des troubles psychologiques.

Extrêmement graves, le maire Bill de Blasio et Bill Bratton ont assisté ensemble dimanche à une messe en la cathédrale Saint-Patrick dite par le cardinal Tim Dolan, alors que des inconnus venaient déposer bougies et fleurs sur le lieu du drame.

L'équipe de football américain des Jets de New York a observé une minute de silence en hommage aux deux policiers avant leur match de dimanche et le joueur Nick Mangold arborait une casquette frappée du sigle de la police de la métropole, «NYPD».

«Une rhétorique enflammée»

Ce double assassinat, dans une ville où les meurtres sont au plus bas depuis 20 ans, est arrivé au pire moment pour le maire démocrate de gauche.

Ses relations sont déjà très tendues avec sa police qui l'accuse de ne pas assez la soutenir et d'être trop bienveillant envers les manifestants, alors que New York a été le théâtre de nombreuses protestations ces dernières semaines pour dénoncer les affaires Garner et Brown.

Certains policiers venus rendre hommage à leurs collègues lui ont ostensiblement tourné le dos samedi soir à l'hôpital.

«Maire de Blasio, vous avez clairement sur les mains le sang de ces deux policiers», a accusé Edward Mullins, président de l'association «Sergeants Benevolent Association» (SBA) qui affirme regrouper 11 000 policiers actifs ou retraités new-yorkais.

«Il y a du sang sur de nombreuses mains ce soir [...] Ce sang commence à la mairie, dans le bureau du maire», a accusé également Pat Lynch, président de la Patrolmen's Benevolent Association (PBA), qui revendique des dizaines de milliers de membres.

L'ancien gouverneur républicain de New York George Pataki a également dénoncé «des actes de barbarie», selon lui «résultat prévisible de la rhétorique anti-police d'ericholder et mairedeblasio». M. Holder est le ministre américain de la Justice.

M. de Blasio a répondu dimanche en regrettant «une rhétorique enflammée qui divise».

Et plusieurs voix se sont dressées pour appeler au calme et à l'unité, derrière le président Obama qui avait dénoncé samedi soir «de manière inconditionnelle» le double assassinat, appelant les Américains à «rejeter la violence et les mots qui font mal».

Le président Obama a ainsi appelé dimanche, d'Hawaï où il est en vacances, le chef de la police de New York pour exprimer ses condoléances aux familles et appeler une nouvelle fois «les Américains à rejeter la violence et les mots qui font mal», selon un communiqué de la Maison-Blanche.

Les familles Garner et Brown ont également rejeté «toute forme de violence dirigée contre la police. C'est intolérable», ont-elles écrit dans un communiqué.

La police de Baltimore avait tenté samedi d'avertir celle de New York des intentions de Brinsley qu'elle avait localisé à Brooklyn, mais il était trop tard.

Un autre policier a été tué dans l'exercice de ses fonctions dimanche, en Floride, mais les circonstances de sa mort étaient encore floues.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer