Detroit donnera le terrain du Joe Louis Arena pour se sortir de la faillite

L'État du Michigan a déjà convenu de participer... (Photo Paul Sancya, Archives AP)

Agrandir

L'État du Michigan a déjà convenu de participer à la démolition, qui s'amorcerait en 2017,  à hauteur de 6 millions $.

Photo Paul Sancya, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ed White
Associated Press
DETROIT

La ville de Detroit prévoit démolir le domicile des Red Wings avec l'aide financière de l'État du Michigan pour ensuite donner le terrain à l'un de ses créanciers dans le cadre du règlement de sa faillite, ont indiqué ses avocats.

L'entente a été divulguée en cour, où le juge Steven Rhodes a présidé un procès qui devait déterminer si le plan mis de l'avant par la ville pour se sortir de la faillite est juste et pourra tenir la route à long terme. La faillite de Detroit est la plus importante par une ville de toute l'histoire des États-Unis.

Un assureur obligataire réclamant 1 milliard $ US, Financial Guaranty Insurance (FGIC), était l'un des derniers à critiquer les ententes passées depuis des mois entre Detroit et ses créanciers. Mais l'entente foncière conclue avec FGIC écarte en quelque sorte la compagnie et permet de croire que le procès est sur le point de se conclure.

Les Red Wings, de la Ligue nationale de hockey, disputent leurs matchs locaux dans le Joe Louis Arena, propriété de la ville le long de la rivière Detroit. L'équipe se fait cependant construire un nouveau domicile à quelques kilomètres de là. L'aréna et le garage souterrain seraient ainsi démolis, offrant à FGIC près de neuf acres à développer comme bon lui semble.

L'État du Michigan a déjà convenu de participer à la démolition, qui s'amorcerait en 2017,  à hauteur de 6 millions $. Le terrain a une valeur importante en raison de sa proximité avec le Cobo Center, le centre des congrès de Detroit.

Le chef de la direction de FGIC, Timothy Travers, a déclaré que sa compagnie croit «aux perspectives de revitalisation à long terme de Detroit».

Detroit cherche à se libérer de 7 milliards $ de dettes. Pour ce faire, il a notamment coupé les pensions de milliers de retraités de 4,5 pour cent et a arrêté de payer les primes d'assurances maladie des employés municipaux retraités. Plus de 1 milliard $ sera dépensé pour améliorer les services au cours des 10 prochaines années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer