La Louisiane veut des panneaux français-anglais

C'est après un voyage au Nouveau-Brunswick, où les... (PHOTO DIGITAL VISION/THINKSTOCK)

Agrandir

C'est après un voyage au Nouveau-Brunswick, où les panneaux sont bilingues, que le démocrate Stephen Ortego a déposé sa proposition de loi, soutenue par une douzaine de collègues de l'Acadiana, une vaste région du sud de la Louisiane.

PHOTO DIGITAL VISION/THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Les conducteurs de Louisiane, un État du sud qui cultive ses racines acadiennes, pourraient un jour s'arrêter devant des panneaux bilingues «Stop-Arrêt», en vertu d'une nouvelle loi soumise à la signature du gouverneur.

La législature locale a approuvé la semaine dernière une mesure qui autoriserait certaines «paroisses», comme sont nommés là-bas les comtés, à traduire en «français de Louisiane» l'ensemble de leurs panneaux de signalisation routière, comme les arrêts et les directions nord ou sud, voire certains noms de communes.

Le gouverneur, le républicain conservateur Bobby Jindal, dispose d'un droit de veto. Mais il ne devrait pas l'utiliser, affirme le démocrate Stephen Ortego, 30 ans, qui parle lui-même français et est l'auteur de la loi.

«Mes grands-parents parlaient français dans la cour de l'école, mais cachés derrière des arbres parce qu'ils ne voulaient pas que les maîtresses entendent», dit-il en français à l'AFP. «C'est vraiment honteux et malheureux. Mais on arrive à un moment où ça devient un droit pour les enfants d'avoir une éducation bilingue», ajoute-t-il. Une autre mesure adoptée la semaine dernière ferait de l'éducation bilingue un droit.

C'est après un voyage au Nouveau-Brunswick, où les panneaux sont bilingues, que Stephen Ortego a déposé sa proposition de loi, soutenue par une douzaine de collègues de l'Acadiana, une vaste région du sud de la Louisiane.

«Nos cousins acadiens du Nouveau-Brunswick sont le modèle», explique l'élu. Les premiers francophones arrivèrent d'Acadie en 1755 après avoir refusé de prêter serment d'allégeance à la Grande-Bretagne.

Des versions précédentes de la proposition de loi s'étaient heurtées au veto du gouverneur, car elles n'étaient pas restreintes au français. Cette fois, seul le français est concerné, une disposition plus consensuelle qui vise à reconnaître le poids culturel spécifique du français.

La décision de passer au bilinguisme resterait entre les mains des autorités de chaque paroisse, mais selon Stephen Ortego au moins deux des 22 paroisses de l'Acadiana seraient intéressées.

En pratique, les autorités devront privilégier l'usage de symboles, mais passeraient au bilinguisme quand cela ne sera pas possible.

Et si New Orleans, qui se trouve en dehors de l'Acadiana, ne devrait pas changer son nom, certaines paroisses plus francophones pourraient décider de flécher La Nouvelle Orléans, rêve Stephen Ortego.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer