Le père du Tchétchène tué par le FBI réclame justice

Le père d'Ibraguim, Abdoulbaki Todachev, a montré jeudi... (PHOTO MAXIM SHEMETOV, REUTERS)

Agrandir

Le père d'Ibraguim, Abdoulbaki Todachev, a montré jeudi à des journalistes à Moscou des photos d'un corps criblé de balles, affirmant qu'il s'agissait de son fils. Sur ces photos, il est visible qu'une des balles a été tirée dans l'arrière de la tête.

PHOTO MAXIM SHEMETOV, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Moscou

Le père d'Ibraguim Todachev, un jeune homme d'origine tchétchène tué en mai par le FBI pendant son interrogatoire sur les attentats de Boston, a déclaré jeudi qu'il voulait que les agents fédéraux américains soient jugés pour avoir «exécuté» son fils.

Ibraguim Todachev, 27 ans, avait été abattu le 22 mai après deux heures d'interrogatoire par les agents fédéraux dans son appartement d'Orlando alors qu'il tentait - apparemment - d'attaquer un enquêteur.

Son père, Abdoulbaki Todachev, a montré jeudi à des journalistes à Moscou des photos d'un corps criblé de balles, affirmant qu'il s'agissait de son fils. Sur ces photos, il est visible qu'une des balles a été tirée dans l'arrière de la tête.

«Aujourd'hui, je veux la justice. Je veux une enquête, que ces gens (le FBI) soient poursuivis selon les lois américaines», a-t-il déclaré.

«Ce ne sont pas des agents du FBI. Ce sont des bandits et ils doivent comparaître en justice», a-t-il poursuivi.

Il a expliqué que les photos lui avaient été envoyées par internet par la communauté musulmane de Floride.

Le FBI a affirmé que ses agents avaient tué le jeune homme en état de légitime défense alors que le suspect avait sauté sur l'un d'eux.

Mercredi, le Washington Post a rapporté qu'Ibraguim Todachev n'était pas armé.

M. Todachev a dit que la balle tirée dans la tête prouvait que le FBI avait tué délibérément son fils.

«Ce n'est pas un tir que l'on fait quand on est attaqué. C'est un tir pour exécuter quelqu'un», a-t-il déclaré.

«Ils ne pouvaient pas juste le menotter? Au moins, ils auraient pu le blesser au pied ou à l'épaule. Là, il a été tué à la manière d'une exécution», a-t-il dit, ajoutant qu'il devait avoir des informations que les agents voulaient garder secrètes.

«Donc ils l'ont réduit au silence», a-t-il estimé.

Peu avant sa mort, Ibraguim Todachev avait avoué son implication dans un triple meurtre commis selon lui le 11 septembre 2011 avec Tamerlan Tsarnaev, l'aîné des frères accusés de l'attentat du 15 avril dernier qui a fait trois morts et 264 blessés lors du marathon de Boston, au Massachusetts.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer