Keystone XL: les républicains tentent de contourner Obama

Une section du projet de pipeline Gulf Coast... (Photo Reuters)

Agrandir

Une section du projet de pipeline Gulf Coast en Oklahoma. Ce projet est construit par TransCanada Corp. et est une partie du projet Keystone XL.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Matthew Daly
Associated Press

Les républicains de la Chambre américaine des représentants ont déposé une proposition, mercredi, pour contourner le président afin d'accélérer l'approbation du projet d'oléoduc Keystone XL, long de plus de 2700 kilomètres, qui transporterait du pétrole de l'Alberta au Texas.

Les démocrates ont critiqué ce plan, qu'ils ont présenté comme une tentative flagrante de permettre à une compagnie étrangère d'éviter une évaluation environnementale.

Au début du débat, les républicains ont affirmé que la mesure était nécessaire afin de s'assurer que l'oléoduc, déjà embourbé dans les retards, soit bel et bien construit.

Le représentant du Nebraska qui parraine le projet de loi, Lee Terry, a fait valoir que ce projet d'oléoduc était probablement celui qui avait été «le plus étudié dans l'histoire de l'humanité».

Si le projet de loi républicain est adopté, le projet Keystone XL serait autorisé sans le sceau présidentiel, tel que requis par la loi actuelle, et sans évaluation d'impacts environnementaux supplémentaire. La législation révisée limiterait également les recours des opposants devant les tribunaux.

La Maison-Blanche a mentionné que le président Barack Obama s'opposait au projet de loi puisque celui-ci ferait disparaître la nécessité d'obtenir le feu vert présidentiel.

L'oléoduc de 7 milliards $, proposé pour la première fois par la compagnie TransCanada en septembre 2008, transporterait du brut extrait des sables bitumineux albertains en direction des raffineries sises sur la côte texane.

Les partisans affirment que l'oléoduc créerait des milliers d'emplois, aiderait à diminuer le prix de l'essence et améliorererait les ressources énergétiques nord-américaines.

M. Obama a rejeté deux fois le projet en raison des inquiétudes environnementales en lien avec le trajet proposé qui passerait par une région écologiquement sensible du Nebraska, même si la Maison-Blanche a approuvé la section sud du projet, de l'Oklahoma au Texas.

Le département américain d'État, qui a rédigé plus de 15 000 pages d'évaluation environnementale en lien avec le projet, a indiqué dans une version préliminaire, ce printemps, que l'oléoduc ne risquait pas d'avoir un impact environnemental important.

La version finale du rapport devrait être publiée cet été.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer