Liberia: la réapparition du virus liée à sa persistance chez un individu

D'après l'OMS, bien que la probabilité de la... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

D'après l'OMS, bien que la probabilité de la réapparition du virus Ebola chez une personne ayant guéri de cette maladie est «faible», le risque de transmission doit toutefois être pris en compte.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Agence France-Presse
GENÈVE

La réapparition de l'épidémie Ebola au Liberia fin novembre est liée à la persistance du virus chez une personne précédemment infectée qui avait guéri avant de retomber malade, a indiqué mercredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les récents cas au Liberia sont le «résultat de la résurgence du virus Ebola (...) chez un individu précédemment infecté», a annoncé l'OMS dans son bulletin hebdomadaire sur l'épidémie en Afrique de l'Ouest.

Cette personne était tombée malade une première fois, puis elle a guéri et est ensuite tombée malade une deuxième fois, a expliqué à l'AFP un porte-parole de l'OMS, Gregory Hartl.

D'après l'OMS, bien que la probabilité de la réapparition du virus Ebola chez une personne ayant guéri de cette maladie est «faible», le risque de transmission doit toutefois être pris en compte. D'où l'importance de bien suivre les personnes guéries, en procédant notamment à des analyses de leurs fluides corporels afin de détecter l'éventuelle présence du virus, souligne l'organisation basée à Genève.

Le virus Ebola provoque une fièvre hémorragique, dont l'issue est fatale dans environ la moitié des cas, et se transmet par contact avec le sang ou les fluides corporels d'une personne infectée.

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest est la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976. Elle a fait depuis 2013 près de 11 300 morts sur les quelque 28 600 cas enregistrés, situés en quasi-totalité en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, selon les chiffres de l'OMS.

Le Liberia avait été déclaré exempt de transmission une première fois en mai, avant la réapparition de l'épidémie environ sept semaines plus tard, puis de nouveau le 3 septembre. Mais le 20 novembre, un nouveau cas a été confirmé.

Selon les règles de l'OMS, un pays est déclaré exempt 42 jours - soit deux fois la durée maximale d'incubation de la maladie - après le dernier cas connu.

Le 4 décembre, les deux derniers cas connus d'Ebola au Liberia, le père et le frère d'un adolescent décédé du virus le 23 novembre, ont été déclarés guéris. Le Liberia devrait être de nouveau déclaré exempt de transmission le 28 décembre, si d'ici là aucun nouveau cas n'est signalé, selon l'OMS.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Fin de l'épidémie d'Ebola en Guinée

    Monde

    Fin de l'épidémie d'Ebola en Guinée

    Deux ans après la mort en Guinée du premier cas d'Ebola en Afrique de l'Ouest, un bébé d'un an, le pays a été officiellement déclaré débarrassé mardi... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer