Les systèmes de santé des pays frappés par Ebola affaiblis par le FMI

Un infirmier assiste une patiente nouvellement admise dans... (PHOTO BAZ RATNER, archives REUTERS)

Agrandir

Un infirmier assiste une patiente nouvellement admise dans un centre de la Croix-Rouge situé à Koidu, en Sierra Leone, le 21 décembre.

PHOTO BAZ RATNER, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Agence France-Presse
LONDRES

Les exigences du Fonds monétaire international (FMI) en matière de rigueur budgétaire ont affaibli les systèmes de santé des pays africains les plus durement frappés par le virus Ebola et ont empêché une réponse coordonnée pour lutter contre l'épidémie, ont affirmé lundi des chercheurs.

Selon ces experts du département de sociologie de l'Université de Cambridge, de l'Université d'Oxford et de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, les programmes de réformes exigés par le FMI ont ralenti le développement de services de santé efficaces en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, les trois pays dans l'épicentre de l'épidémie qui a fait plus de 7370 morts en un an.

«L'une des principales raisons de la rapidité de l'expansion de l'épidémie a été la faiblesse des systèmes de santé dans la région et il serait malvenu de ne pas s'intéresser aux causes sous-jacentes», a expliqué le principal auteur de l'étude, le sociologue de Cambridge, Alexander Kentikelenis.

«Les programmes, dont le FMI s'est fait l'avocat, ont contribué aux problèmes de manque de moyens financiers et de personnels et au manque de préparation des systèmes de santé dans les pays frappés par Ebola», a-t-il précisé.

Les chercheurs ont passé en revue les politiques mises en oeuvre par le FMI avant l'épidémie en utilisant des données fournies par les programmes de prêts financiers accordés par l'institution entre 1990 et 2014 et ont analysé leurs effets en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Selon eux, les systèmes de santé ont été affaiblis par les exigences de réformes économiques et de réduction des dépenses publiques et des salaires dans la fonction publique, et de décentralisation des systèmes de santé.

«En 2013, juste avant l'éruption d'Ebola, les trois pays ont été confrontés aux directives économiques du FMI, et aucun n'a pu augmenter ses dépenses sociales malgré des besoins pressants dans le domaine de la santé», ont estimé le sociologue de Cambridge et le coauteur de l'étude Lawrence King.

Un porte-parole du FMI a rétorqué que le mandat de l'organisation n'incluait pas spécifiquement le domaine de la santé et qu'il était «totalement faux» d'affirmer que la propagation d'Ebola était une conséquence de la politique du FMI.

«De telles accusations sont basées sur un malentendu, et dans certains cas sur une déformation des politiques économiques pratiquées par le FMI», a-t-il poursuivi.

«Depuis 2009, des prêts accordés à des pays à faible revenu l'ont été sans taux d'intérêt ce qui a libéré des ressources disponibles pour des pays désireux de dépenser plus dans les domaines de la santé et de l'éducation», a ajouté le porte-parole.

Le porte-parole a ajouté que le FMI avait fourni une aide financière de 130 millions de dollars en septembre dans le cadre de la lutte contre Ebola et qu'il envisageait de fournir une somme similaire à la Guinée, au Liberia et à la Sierra Leone l'année prochaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer