Ebola: l'inquiétude mondiale grandit

Des soldats américains s'entraînent avant leur déploiement en... (Photo Harrison McClary, Reuters)

Agrandir

Des soldats américains s'entraînent avant leur déploiement en Afrique de l'Ouest pour combattre l'épidémie.

Photo Harrison McClary, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola
Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Michaela CANCELA-KIEFFER, Ingrid BAZINET
Agence France-Presse
MADRID

L'inquiétude face aux risques de propagation d'Ebola était de plus en plus forte jeudi, des spécialistes comparant l'épidémie au Sida, tandis qu'à Madrid, l'état de santé de la première personne contaminée hors Afrique s'était dégradé.

«Depuis trente ans que je travaille dans la santé publique, la seule chose comparable a été le sida», a déclaré le Dr Tom Frieden, directeur des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) lors d'une table ronde à Washington.

Un cri d'alarme relayé par le président de la Sierra Leone Ernest Bai Koroma, pour qui la «réponse internationale a été, pour le moment, plus lente que le rythme de transmission de la maladie».

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a lui estimé qu'il fallait multiplier «par 20» l'aide actuelle pour espérer enrayer la maladie qui a déjà tué 3.900 personnes, alors que la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, admettait - chose rare-  qu'il faut «augmenter les déficits pour soigner les gens».

Sur le terrain, en Guinée, le centre de traitement de MSF (Médecins sans frontières) était proche de la «saturation», après une nouvelle flambée de cas dans le pays, selon un communiqué diffusé jeudi soir .

Au Zimbabwe, où aucun cas n'a encore été enregistré, un hôpital de 35 lits d'Harare, la capitale, a été entièrement fermé pour isoler un patient suspect, soumis à un test.

- Contrôles renforcés -

Outre-Atlantique, Washington et Ottawa ont annoncé le renforcement du contrôle des voyageurs en provenance des pays africains touchés par Ebola, qui a tué mercredi un patient au Texas. La méthode retenue est celle d'une prise de température des voyageurs à risque.

En Europe, le Royaume-Uni a prévu l'introduction «d'un dépistage renforcé dans un premier temps concernant les aéroports (londoniens NDLR) de Heathrow et Gatwick et les terminaux Eurostar» pour les personnes en provenance du Liberia, de Sierra Leone et Guinée, a annoncé Downing Street .

La ministre française de la Santé, Marisol Touraine, a elle déclaré que la France travaillait à obtenir un renforcement des contrôles au départ auprès des pays touchés par l'épidémie, le contrôle à l'arrivée des voyageurs n'étant pas «la solution miracle».

Une réunion européenne est prévue le 17 octobre pour discuter d'un éventuel renforcement des contrôles aux frontières de l'UE.

«Grave danger» pour la malade espagnole

À Madrid, au sixième étage de l'hôpital Carlos III, dans le nord de la ville, la santé de la première personne infectée par Ebola hors d'Afrique, Teresa Romero, s'est brutalement dégradée jeudi.

«Nous voulons manifester notre soutien à la personne infectée par le virus Ebola, qui souffre en ces moments d'une très grave affection, et dont la vie est en grave danger», a déclaré le président de la région de Madrid Ignacio Gonzalez.

Cette aide-soignante fait partie de l'équipe ayant soigné deux religieux espagnols rapatriés d'Afrique, et atteints par le virus. Elle aurait pu toucher son visage avec un gant infecté, selon l'hôpital.

«Elle a dû être intubée», a raconté avec angoisse à des journalistes Jose Ramon, son frère, alors que l'hôpital admettait que son état s'était «dégradé», tout en démentant cette intubation. Le frère a précisé que l'équipe médicale allait «essayer un autre médicament».

Dans la matinée, de nouvelles révélations sur l'impréparation espagnole ont renforcé les craintes sur la découverte de nouveaux cas.

Juan-Manuel Parra, médecin urgentiste de 41 ans, a ainsi décrit par le menu dans un rapport révélé jeudi par la presse la journée infernale qu'il a vécue lundi en portant assistance à l'aide-soignante, sans protection suffisante, renforçant l'idée que l'ensemble du système de prise en charge d'Ebola en Espagne est à revoir.

Par «précaution» vu son exposition directe au virus, il a été hospitalisé lui aussi mercredi soir à l'hôpital Carlos III de Madrid, qui accueille toutes les personnes pouvant être contaminées.

Selon le docteur Juan Manuel Parra, lui et son équipe ont assistée l'aide-soignante pendant des heures lundi avec des combinaisons de protection de base dans un hôpital voisin de son domicile. Il a ensuite utilisé ensuite un équipement «de meilleur niveau de protection fourni par l'hôpital».

Sept personnes supplémentaires ont été admises par mesure de précaution jeudi à Carlos III, où sont regroupées toutes celles qui auraient pu être contaminées par Ebola, portant à 14 le nombre des hospitalisations, dont un seul cas avéré,  celui de Teresa Romero, selon un nouveau bilan de l'hôpital.

Dans la journée, le Parti socialiste espagnol (PSOE, opposition), avait souhaité que le gouvernement de Mariano Rajoy crée un «comité de crise pour Ebola» afin «d'améliorer la communication et l'organisation» face au virus Ebola alors que les critiques fusent.

Au Canada, le ministère de la Santé a pour sa part indiqué attendre depuis deux mois un feu vert de l'OMS pour envoyer dans les zones touchées entre 800 et 1000 doses d'un vaccin expérimental (VSV-EBOV), qui selon Ottawa serait «prometteur sur les animaux», même s'il n'a pas été encore testé sur les humains.

Le chien de l'aide-soignante espagnole malade d'Ebola n'aurait pas dû être euthanasié, a affirmé de son côté l'auteur de l'unique étude sur Ebola et les chiens, Eric Leroy, directeur général du Centre international de recherches médicales de Franceville au Gabon. «Un suivi virologique, biologique et médical aurait pu être mis en oeuvre pour apporter un certain nombre d'informations majeures», selon ce chercheur. Une pétition avait été signée par 374 000 personnes pour demander sa mise en quarantaine plutôt que sa mort.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer