Ukraine: les sanctions contre la Russie doivent être maintenues «aussi longtemps que nécessaire»

Le secrétaire d'État américain, John Kerry... (Photo Matthias Schrader, AP)

Agrandir

Le secrétaire d'État américain, John Kerry

Photo Matthias Schrader, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Consultez notre dossier sur la crise ukrainienne. »

Agence France-Presse
MUNICH

Le secrétaire d'État américain John Kerry a déclaré samedi que les sanctions imposées à la Russie en raison de la crise ukrainienne devaient être maintenues «aussi longtemps que nécessaire», alors que certains pays européens dont la France visent leur levée cet été.

«Je suis confiant dans le fait que l'Europe et les États-Unis vont continuer à rester unis, à la fois pour le maintien des sanctions aussi longtemps que nécessaire et pour l'octroi de l'assistance nécessaire à l'Ukraine», a-t-il dit à la Conférence sur la sécurité de Munich (sud de l'Allemagne).

«Le choix pour la Russie est simple: appliquer pleinement l'accord de Minsk (pour le règlement de la crise ukrainienne) ou continuer à faire face à des sanctions pénalisantes économiquement», a-t-il asséné.

Le 24 janvier, le ministre français de l'Économie Emmanuel Macron a déclaré à Moscou que la France visait une levée «l'été prochain» des sanctions qui touchent les secteurs russes de la banque, du pétrole ou de la défense.

En riposte à ces sanctions, la Russie a appliqué un embargo sur la plupart des produits agroalimentaires européens qui frappe durement les agriculteurs français.

«Le chemin pour la levée des sanctions est clair», a souligné John Kerry, en invitant la Russie à retirer ses «armes et troupes du Donbass», à soutenir des «élections libres» dans ce territoire selon la loi ukrainienne et à permettre à Kiev de contrôler aussi leur frontière commune.

«Les Ukrainiens ont aussi encore beaucoup de travail à faire», a-t-il ajouté, en appelant leurs responsables politiques à «faire preuve de l'unité, de l'intégrité et du courage que leur peuple attend d'eux».

L'Ukraine, à la peine dans la lutte contre la corruption dramatique qui la ronge, se trouve sous une pression sans précédent de ses alliés occidentaux pour redoubler d'efforts.

Elle tarde aussi à mettre en oeuvre une réforme devant accorder plus d'autonomie aux régions orientales dans le cadre des accords de Mink.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer