Ukraine: accord sur un grand échange de prisonniers

Les autorités ukrainiennes et les rebelles prorusses de l'Est du pays ont... (Photo MENAHEM KAHANA, AFP)

Agrandir

Photo MENAHEM KAHANA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

DONETSK
Agence France-Presse

Les autorités ukrainiennes et les rebelles prorusses de l'Est du pays ont annoncé jeudi avoir conclu un accord, lors des négociations la veille à Minsk, pour procéder prochainement à un échange de plusieurs centaines de prisonniers.

«Il y a un accord préliminaire pour échanger 225 séparatistes contre 150 Ukrainiens», a indiqué à l'AFP un haut responsable des services ukrainiens de sécurité, Markian Loubkivski.

«Nous avons tout préparé pour que cela se passe ces prochains jours», a ajouté M. Loubkivski selon lequel les rebelles détiennent au total plus de 680 Ukrainiens.

«Nous espérons» qu'une fois ce grand échange fait «d'autres pourraient suivre ensuite», a-t-il ajouté.

Un négociateur séparatiste, Vladislav Deïnego, a confirmé l'échange à l'AFP. «Nous allons récupérer 225 hommes en échange de 150 leurs», a-t-il dit.

Si cet échange se réalise, seulement «plusieurs dizaines» de rebelles resteront entre les mains des autorités ukrainiennes, a précisé à l'AFP une source au sein des forces de l'ordre ukrainiennes.

Les informations sur cet échange, le plus important depuis le début des hostilités en avril, avaient été annoncées plus tôt dans la journées par deux autres responsables séparatistes.

Un d'eux, Igor Plotnitski, cité par l'agence russe Ria-Novosti, avait cependant évoqué des chiffres inverses, c'est-à-dire que  225 Ukrainiens allaient être échangés contre 150 rebelles, selon l'agence russe Ria-Novosti.

L'accord sur l'échange paraît être le seul résultat tangible des négociations qui ont duré la veille plus de cinq heures à Minsk entre Kiev et les rebelles avec la participation de la Russie et de l'OSCE pour relancer le processus de paix dans ce conflit armé qui a fait plus de 4.700 morts depuis son début en avril.

A la sortie, les émissaires des rebelles ont fait état de négociations «difficiles» ajoutant qu'aucune date n'avait été fixée pour la prochaine rencontre, alors qu'il avait initialement été annoncé que les négociations se tiendraient également vendredi.

Le «président» de la République autoproclamée de Donetsk (DNR) Alexandre Zakhartchenko a indiqué jeudi que les pourparlers se poursuivaient via des visio-conférences entre les protagonistes.

«Des visio-conférences sont en cours, à mon avis, elles vont durer deux jours et la date (de la nouvelle rencontre à Minsk) sera annoncée», a-t-il déclaré à Donetsk.

Il a par ailleurs accusé Kiev de chercher à «faire échouer les négociations de paix» et de préparer une «offensive majeure» sur la zone sous contrôle séparatiste.

A ce jour, les belligérants respectent globalement la nouvelle trêve instaurée le 9 décembre, malgré des incidents isolés.

Jeudi, un soldat ukrainien a été tué et un autre gravement blessé dans l'explosion d'une mine près de leur voiture dans la région de Lougansk, a constaté un vidéaste de l'AFP.

Une fois que tous les tirs s'arrêtent, les parties procéderont au retrait des armes lourdes de la ligne du front pour former une zone tampon large de 30 kilomètres, conformément aux accords de paix conclus lors des précédentes réunions à Minsk en septembre, a souligné jeudi l'état-major de l'armée ukrainienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer