Vol MH17: les enquêteurs russes mettent en cause un avion militaire ukrainien

L'écrasement du vol MH17 de la Malaysia Airlines, qui avait... (Photo Maxim Zmeyev, archives Reuters)

Agrandir

L'écrasement du vol MH17 de la Malaysia Airlines, qui avait décollé de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol en direction de Kuala Lumpur, avait fait 298 morts le 17 juillet dernier.

Photo Maxim Zmeyev, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
MOSCOU

Les enquêteurs russes ont affirmé mercredi avoir obtenu des preuves de l'implication d'un avion de chasse ukrainien dans l'écrasement du vol MH17 de la Malaysia Airlines, abattu au-dessus de l'Est de l'Ukraine en juillet.

«Les enquêteurs sont parvenus à entrer en contact hier soir avec un militaire ukrainien qui confirme avoir quitté de son plein gré son unité et est venu sur le territoire russe», écrit dans un communiqué le Comité d'enquête, structure chargée des principales investigations en Russie.

«Selon ce témoin, l'avion de ligne Boeing -777 du vol MH17 pourrait avoir été abattu le 17 juillet par un avion militaire Su-25 des forces armées ukrainiennes, piloté par le capitaine Volochine», ajoute le communiqué.

Selon les enquêteurs, ce témoin, qui a été soumis à un détecteur de mensonges et qui pourrait être placé sous un programme de protection, a vu l'avion décoller d'une base aérienne où lui même était stationné près de Dnipropetrovsk, dans l'est de l'Ukraine.

Il a affirmé avoir vu l'appareil être armé de missiles air-air de type R-60, alors même que les rebelles ne possèdent pas d'aviation.

«Le témoin a immédiatement remarqué qu'au retour de l'avion sur l'aérodrome, les missiles étaient absents et il a alors distinctement entendu les mots du pilote Volochine à un autre soldat: 'Il - l'avion - s'est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment'», poursuit le Comité, qui dit être prêt à partager ses preuves avec les enquêteurs internationaux.

Le vol MH17 de Malaysia Airlines, qui assurait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, s'est écrasé le 17 juillet dans l'Est de l'Ukraine. Ses 298 occupants, dont deux tiers de Néerlandais, ont péri.

L'Ukraine et les États-Unis affirment que l'appareil a été abattu par un missile sol-air fourni aux séparatistes prorusses par Moscou, ce que la Russie dément et pointe du doigt en retour les forces ukrainiennes.

Dans un premier rapport d'enquête publié en septembre, les enquêteurs internationaux ont estimé que le Boeing 777 avait été perforé en vol par des «projectiles à haute énergie», sans aller jusqu'à confirmer l'hypothèse d'un missile. Un rapport final est attendu pour l'été 2015.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer