Accord sur l'évacuation des débris du MH17

Un Boeing 777 en provenance d'Amsterdam s'était écrasé le... (PHOTO MENAHEM KAHANA, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Un Boeing 777 en provenance d'Amsterdam s'était écrasé le 17 juillet après avoir été abattu, probablement par un missile sol-air, alors qu'il survolait l'est de l'Ukraine, zone en guerre. La catastrophe avait fait 298 morts, dont deux tiers de Néerlandais.

PHOTO MENAHEM KAHANA, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
LA HAYE

Un accord a été conclu en vue de l'évacuation des débris du Boeing 777 de la Malaysia Airline qui s'est écrasé le 17 juillet dans l'est de l'Ukraine, faisant 298 morts, a annoncé vendredi le ministère néerlandais de la Justice.

L'évacuation des débris du vol MH17 commencera «le plus tôt possible en collaboration avec les services de secours locaux», a indiqué le ministère néerlandais de la Sécurité et de la Justice alors que des combats entre séparatistes et loyalistes font rage dans la région.

«Demain, une équipe supplémentaire quittera Kharkiv pour Donetsk afin d'apporter un soutien logistique», a ajouté la même source, selon laquelle l'accord avec les services de secours locaux a été conclu sous l'égide de l'OSCE, (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).

Un Boeing 777 en provenance d'Amsterdam s'était écrasé le 17 juillet après avoir été abattu, probablement par un missile sol-air, alors qu'il survolait l'est de l'Ukraine, zone en guerre. La catastrophe avait fait 298 morts, dont deux tiers de Néerlandais.

Kiev et les Occidentaux accusent les rebelles prorusses d'avoir abattu l'avion. Moscou et les séparatistes de leur côté accusent les forces ukrainiennes.

Les travaux d'évacuation des débris auraient dû débuter plus tôt dans la semaine, mais ont été retardés en l'absence d'un accord avec les autorités locales.

Le Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité, chargé de l'enquête sur les causes de la catastrophe, coordonne l'évacuation des débris.

«Rassembler les débris est important pour l'enquête», a assuré le ministère, selon lequel «la situation sécuritaire est, et reste fragile sur place». «Nous évaluerons chaque jour si les travaux sur les lieux de la catastrophe sont possibles».

Ne pouvant pas procéder à l'évacuation des débris, les Néerlandais ont surtout rassemblé des restes humains et des effets personnels des victimes ces derniers jours.

De nombreux restes humains ont été récupérés depuis le début du mois d'août et acheminés vers les Pays-Bas. Jusqu'à présent, les restes de 289 victimes ont été identifiés.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer