Vol MH17: le père d'une victime appelle à la fin des combats

Le père d'une victime britannique du vol MH17 qui a été abattu au-dessus de... (PHOTO MAXIM ZMEYEV, REUTERS)

Agrandir

PHOTO MAXIM ZMEYEV, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
LONDRES

Le père d'une victime britannique du vol MH17 qui a été abattu au-dessus de l'est de l'Ukraine a appelé à la fin des combats afin de faciliter le rapatriement des corps, à l'issue d'une rencontre mardi avec le premier ministre britannique David Cameron.

Pendant une heure, le chef du gouvernement s'est entretenu au 10 Downing Street avec sept des dix familles britanniques qui ont perdu un proche dans la catastrophe du Boeing 777 de Malaysia Airlines, qui effectuait la liaison Amsterdam-Kuala-Lumpur le 17 juillet dernier dans l'est de l'Ukraine.

Ce jour-là, Barry et Angela Sweeney ont perdu leur fils Liam âgé de 28 ans. Partisan du club de football de Newcastle, il se rendait en Nouvelle-Zélande pour assister à des matchs de son équipe favorite.

«Je suis très en colère et frustré. Ce serait bien s'ils pouvaient juste arrêter de se battre un peu afin que nous puissions rapatrier nos garçons et nos filles à la maison», a déclaré Barry Sweeney à la sortie de la rencontre.

David Cameron a été «très humble. Il a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées. Il y avait aussi quelques experts pour évoquer le site de l'accident et les circonstances» de l'écrasement, a-t-il témoigné.

Le couple Sweeney ne sait toujours pas si le corps de leur fils se trouve sur le lieu du drame ou s'il se trouve dans l'un des 228 cercueils transportés en avion aux Pays-Bas.

«C'est très difficile, mais nous allons devoir attendre pour le savoir», a ajouté le père de Liam.

Dix jours après le drame, des fragments de corps, des débris et des effets personnels des victimes se trouvent toujours sur le site où sont tombés les restes du Boeing.

Mais les combats entre loyalistes et séparatistes ukrainiens se sont intensifiés autour de cette zone et les experts internationaux ont dû rebrousser chemin lundi pour des raisons de sécurité.

Kiev a déclaré lundi que l'étude des boîtes noires avait révélé une «décompression» liée à une «forte explosion» causée par un missile.

Contacté par l'AFP, le Bureau néerlandais responsable de l'enquête, l'OVV, n'a souhaité ni confirmer ni démentir ces informations.

Le gouvernement britannique «est déterminé à faire tout son possible pour les (les familles) soutenir au cours des mois à venir qui vont être difficiles», a déclaré mardi soir une porte-parole de Downing Street.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer