Edward Snowden sur Twitter

Edward Snowden est désormais sur Twitter.... (IMAGE TIRÉE DE TWITTER)

Agrandir

Edward Snowden est désormais sur Twitter.

IMAGE TIRÉE DE TWITTER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Sous surveillance

International

Sous surveillance

Edward Snowden, un ancien consultant de la CIA, a révélé l'existence de programmes secrets de surveillance des communications électroniques en remettant des documents compromettants aux quotidiens The Guardian et The Washington Post. Il s'est depuis réfugié à Hong Kong alors que le gouvernement américain a lancé une enquête contre lui. »

Agence France-Presse
PARIS

Edward Snowden, l'informaticien américain à l'origine de révélations sur les programmes secrets de surveillance des États-Unis, a fait une entrée remarquée mardi sur Twitter où il a commencé par suivre le compte de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA).

«Vous m'entendez maintenant (Can you hear me now)?», a-t-il demandé dans son premier tweet, publié vers 16 h GMT (midi à Montréal) et rapidement retweeté des dizaines de milliers de fois.

Son compte @Snowden, certifié par Twitter, était, quelques minutes après son apparition, déjà suivi par une centaine de milliers de personnes.

«Avant, je travaillais pour le gouvernement. Maintenant, je travaille pour le public», explique dans sa bio Twitter celui qui, réfugié en Russie, se présente comme membre du conseil d'administration de la Fondation «Freedom of the press».

The Intercept, le journal en ligne dirigé par Glenn Greenwald, journaliste qui a obtenu un prix Pulitzer pour avoir publié les révélations d'Edward Snowden sur le vaste système d'espionnage de l'agence de renseignement américaine NSA, a confirmé l'authenticité du compte de Snowden.

«Selon l'avocat de Snowden, Ben Wizner, Snowden lui-même contrôlera son compte», écrit The Intercept.

Détail cocasse, le premier et unique compte suivi pour le moment par Edward Snowden est celui de la NSA (@NSAGov).

Edward Snowden est aujourd'hui réfugié à Moscou. Recherché pour espionnage et vol de documents qui sont la propriété de l'État, l'informaticien risque jusqu'à 30 ans de prison aux États-Unis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer