Un ministre iranien appelle à une approbation rapide de l'accord nucléaire

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nucléaire iranien

International

Nucléaire iranien

Consultez notre dossier sur le nucléaire iranien »

Agence France-Presse
TÉHÉRAN

Un membre du gouvernement iranien a appelé le Parlement à adopter rapidement l'accord nucléaire passé avec les grandes puissances, afin que la faute d'un éventuel rejet retombe sur le Congrès américain.

À Washington, le Congrès à majorité républicaine a auditionné cette semaine le secrétaire d'État John Kerry et doit se prononcer en septembre sur cet accord. À Téhéran, le Parlement examine actuellement ce texte qui n'a pas convaincu les conservateurs.

L'accord permet à la République islamique de développer une filière nucléaire civile tout en l'empêchant de se doter de l'arme atomique, en échange de la levée progressive et conditionnelle des sanctions internationales qui asphyxient l'Iran.

«Nous devrions nous prononcer rapidement de façon à ce que si le Congrès rejette le texte, c'est lui portera le fardeau de l'échec des négociations», a déclaré à la télévision d'État le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi.

«Dans ce cas, nous aurons sauvé la face et pourrons revenir à notre programme normal», a ajouté M. Araghchi, qui était le deuxième négociateur iranien lors des discussions. «Alors le monde dira que l'Iran a rempli son contrat, mais que le Congrès a tout détruit».

Malgré cet appel du pied, les parlementaires iraniens devraient attendre le verdict du Congrès avant de prendre position sur le texte.

M. Araghchi s'exprimait avant un discours du président Hassan Rohani, dimanche soir en direct à la télévision, qui devrait être centré sur l'accord nucléaire conclu à Vienne le 14 juillet après vingt mois de négociations entre l'Iran et des grandes puissances.

Aux États-Unis, John Kerry a indiqué qu'un rejet du texte par le Congrès porterait un coup à la crédibilité américaine sur la scène mondiale.

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) doit se rendre à Washington la semaine prochaine pour rencontrer des élus américains au sujet de cet accord.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer