Les républicains anticipent une défaite de Trump

Donald Trump tient dans ses bras Hunter Tirpak,... (PHOTO AP)

Agrandir

Donald Trump tient dans ses bras Hunter Tirpak, deux ans, qui personnifie Donald Trump, lors d'un rallye lundi à Wilkes-Barre, en Pennsylvanie.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Ivan Couronne, Jennie Matthew
Agence France-Presse
Columbus et Wilkes-Barre

Hillary Clinton attaque les quatre dernières semaines de la campagne présidentielle avec le vent en poupe, alors que le camp républicain semblait avoir abandonné tout espoir que Donald Trump reconquière la Maison-Blanche.

Les deux candidats se sont affrontés dimanche pour la deuxième fois, un débat qui n'a pas rebattu les cartes et a aggravé les dissensions au sein du parti républicain.

Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants, a annoncé à des élus de son parti qu'il «ne défendrait pas ou ne ferait pas campagne» pour Donald Trump, une façon de dire qu'il coupait tout lien avec l'homme d'affaires.

Mais le chef républicain entend sauver les meubles au Congrès, qui sera renouvelé le même jour que la présidentielle. Il ne veut pas donner à Hillary Clinton un «chèque en blanc avec un Congrès contrôlé par les démocrates», selon une source de son parti.

L'aveu n'a pas été du goût de Donald Trump, qui a publiquement tancé Paul Ryan.

M. Ryan «devrait consacrer davantage son temps au budget, à l'emploi et à l'immigration» plutôt que de «se battre contre le candidat républicain», a écrit Donald Trump sur Twitter.

Le 8 novembre, les Américains éliront leur président mais aussi les élus de la Chambre des représentants pour deux ans et le tiers des sénateurs pour six ans.

M. Ryan s'était dit «écoeuré» par les propos dégradants sur les femmes tenus par M. Trump dans une vidéo datant de 2005, qui a entraîné une cascade de défections républicaines tout au long du week-end.

Durant le débat, le milliardaire a présenté des excuses, mais a accusé Bill Clinton d'agressions sexuelles, causant la consternation de républicains qui estiment ces attaques indignes.

Lors d'un rallye lundi, Donald Trump a menacé que si d'autres vidéos de lui étaient exhumées, «nous continuerons à parler de Bill et Hillary Clinton faisant des choses déplacées». Et il a adopté une attitude de défi.

«Je finirai peut-être en boîtant, mais j'irai jusqu'à la fin», a-t-il devant une foule de milliers de personnes déchaînées à Wilkes-Barre, en Pennsylvanie.

Le candidat a promis d'accélérer le rythme de sa campagne, jusqu'à six rallyes quotidiens dans la dernière semaine. «Nous devons faire attention à ce que cette élection ne nous soit pas volée».

Sur la côte ouest, à Los Angeles, une vingtaine de ses partisans ont bruyamment manifesté leur hostilité envers les médias «qui ne disent pas la vérité», lors d'un rassemblement devant le siège de CNN dans la métropole de Californie.

Hillary Clinton prend un «selfie» avec ses supporters... (PHOTO AFP) - image 4.0

Agrandir

Hillary Clinton prend un «selfie» avec ses supporters à Detroit.

PHOTO AFP

Foule record pour Clinton

La vidéo de Donald Trump de 2005 a été au centre du deuxième débat.

«Vous avez vu le débat hier soir? Je ne crois pas que vous reverrez une chose pareille. En tout cas j'espère», a plaisanté Hillary Clinton devant une foule record pour sa campagne,- de plus de 10 000 personnes voire de 18 500 selon son équipe -, sur le campus de l'université Ohio State à Columbus.

D'ordinaire, la démocrate ne rassemble que des foules de quelques milliers de supporteurs, très inférieures à celles du milliardaire républicain.

L'objectif d'Hillary Clinton est de mobiliser, en particulier les jeunes, et pour ce faire elle n'a de cesse de dénoncer le manque de préparation de son rival.

«Le jour où j'étais en salle de crise de la Maison-Blanche pour observer le raid contre Oussama ben Laden, il présentait l'émission Celebrity Apprentice», a-t-elle lancé. «S'il veut parler d'expérience depuis 30 ans, je n'attends que ça».

Même s'ils affirment que rien n'est gagné, une certaine assurance s'est installée chez les proches de Clinton, qui commencent à voir la lumière au bout du tunnel.

Un sondage NBC/Wall Street Journal publié lundi a fait l'effet d'une petite bombe, créditant la démocrate d'une avance de 11 points sur le républicain, un sommet. Le sondage donne également une lueur d'espoir pour le Congrès, où les républicains pourraient perdre le Sénat et voir leur majorité à la Chambre sérieusement réduite.

Durant le débat, Donald Trump a traité Hillary Clinton de «diable», affirmé que son coeur était empli de haine et l'a menacée de prison, des attaques répétées lundi à son rallye.

Les démocrates y voient le signe d'un candidat désespéré. «Il a tenté de l'intimider», dit la communicante en chef de la candidate, Jennifer Palmieri. Mais «elle ne se laisse pas ébranler facilement».

À demi-mot, l'équipe Clinton prépare en fait le 9 novembre, pour tourner la page d'une campagne éprouvante pour le pays. «Nous pensons que le pays sera prêt pour un nouveau départ», affirme cette proche de la candidate.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer