Le directeur de campagne de Trump accusé de violence conjugale en 1996

Steve Bannon (à l'extrême gauche) avait été inculpé... (PHOTO CARLO ALLEGRI, REUTERS)

Agrandir

Steve Bannon (à l'extrême gauche) avait été inculpé en février 1996 de violences domestiques, voies de fait et tentative d'intimidation, mais l'affaire avait été classée.

PHOTO CARLO ALLEGRI, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
NEW YORK

Le nouveau directeur général de campagne de Donald Trump Steve Bannon avait été poursuivi pour violences conjugales en 1996, rapporte vendredi la presse new-yorkaise.

Il avait aussi à l'époque menacé celle qui était alors sa femme de représailles si elle témoignait contre lui, selon le New York Times et le New York Post.

>> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu 

Steve Bannon avait été inculpé en février 1996 de violences domestiques, voies de fait et tentative d'intimidation, mais l'affaire avait été classée quand son épouse, Mary Louise Piccard, ne s'était pas présentée pour témoigner quelques mois plus tard, selon les mêmes sources.

Le 1er janvier, le couple s'était violemment disputé, la dispute devenant physique. Il l'avait saisie par la gorge et le bras, selon le New York Post, et avait lancé le téléphone de l'autre côté de la pièce en l'insultant quand elle avait tenté d'appeler la police.

Celle-ci avait trouvé sur place un téléphone en morceaux, et photographié les traces sur le cou et les poignets de Mary Louise Piccard.

Elle a ensuite expliqué dans des documents de justice, obtenus par les quotidiens, que M. Bannon lui avait demandé de quitter la ville pour ne pas avoir à témoigner contre lui.

L'avocat de Steve Bannon l'avait «menacée» et lui avait dit qu'elle «n'aurait pas d'argent et aucun moyen de subvenir aux besoins de leurs filles jumelles», âgées de quelques mois, s'il était jugé.

Et que si elle persistait, «lui et son avocat s'assureraient qu'(elle) serait celle qui serait coupable».

La jeune femme s'était exécutée, s'enfuyant avec les petites filles, jusqu'à ce que l'avocat «me téléphone et me dise que je pouvais revenir».

Cet avocat, Steven Mandell, contacté par le New York Times, a démenti avoir fait pression.

M. Bannon avait plaidé non coupable et n'a pas souhaité s'exprimer. Sa porte-parole Alexandra Preate a affirmé qu'il avait une «très bonne relation» avec son ancienne épouse.

Le couple s'était séparé peu après l'incident.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer