L'entrepreneur Mark Cuban se voit colistier de Clinton, qui ne dit pas non

Mark Cuban, à droite, right, célèbre la victoire... (Photo Rick Bowmer, archives AP)

Agrandir

Mark Cuban, à droite, right, célèbre la victoire de son équipe, les Mavericks, le 11 avril dernier.

Photo Rick Bowmer, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

L'entrepreneur et propriétaire d'une équipe de NBA Mark Cuban s'est jeté dimanche dans l'arène politique américaine, exprimant son intérêt pour être colistier de Donald Trump ou bien... de sa potentielle adversaire de la présidentielle Hillary Clinton, qui s'est dite ouverte à la proposition.

Mark Cuban, 57 ans, qui est aussi connu aux États-Unis pour sa participation à l'émission de télé-réalité Shark Tank (sur la chaîne ABC) où il investit son argent dans les projets d'entrepreneurs débutants, a salué sur la chaîne NBC la campagne de M. Trump pour avoir « ouvert la voie à des candidats non traditionnels ».

Pour autant si le candidat probable du parti républicain le sollicite : « Je dirais, «Ok Donald, c'est génial, on va discuter, on va tous les deux devoir creuser et se pencher sur les problèmes pour trouver des solutions» ».

Dans cette même entrevue, diffusée durant l'émission Meet the Press, le milliardaire et investisseur du secteur internet, s'est dit « profondément indépendant » sur le plan politique.

Mais la possibilité d'être colistier d'Hillary Clinton, l'intéresse « absolument », même s'il souhaiterait voir la candidate démocrate se positionner « plus au centre ».

Ni Donald Trump, ni Hillary Clinton n'ont, à ce stade, dit qui ils choisiraient pour devenir leur vice-président s'ils sont élus le 8 novembre.

Hillary Clinton, qui s'est aussi pliée à l'exercice de l'interview dominicale sur NBC, a réagi aux propos du propriétaire des Dallas Mavericks, équipe de la ligue nord-américaine de basketball professionnel (NBA), dans un entretien distinct.

Pour choisir un colistier, « il faut avoir une vision large, pas seulement s'intéresser aux élus mais aussi aux hommes d'affaires brillants », a affirmé Mme Clinton. La proposition de Mark Cuban « m'intéresse vraiment, j'apprécie son ouverture d'esprit » sur le sujet, a-t-elle poursuivi.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer