Attentats de l'EI en Égypte: 48 suspects bientôt jugés

Un policier armé monte la garde devant l'église... (Photo Mohamed Abd El Ghany, archives REUTERS)

Agrandir

Un policier armé monte la garde devant l'église copte de Tanta où a eu lieu un double attentat djihadiste sanglant contre cette communauté.

Photo Mohamed Abd El Ghany, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Le Caire

Le parquet égyptien a annoncé dimanche avoir déféré devant la justice militaire 48 personnes soupçonnées d'être impliquées dans des attaques contre trois églises coptes depuis décembre, revendiquées par le groupe djihadiste État islamique (EI).

Le 9 avril, en pleine célébration du dimanche des Rameaux, des kamikazes de l'EI avaient pris pour cible deux églises du nord de l'Égypte, à Tanta et à Alexandrie, faisant 45 morts. En décembre, 29 personnes avaient été tuées dans une attaque similaire contre une église du Caire.

Les 48 accusés, dont 31 se trouvent actuellement derrière les barreaux, seront jugés pour ces attentats, ainsi que pour la mort de huit policiers en janvier dans l'attaque d'un poste de contrôle dans le sud-ouest du pays, selon un communiqué du parquet.

Ils devront notamment répondre de «meurtre et tentative de meurtre», «fabrication et possession de ceintures et d'engins explosifs, ainsi que d'armes et de munitions», mais aussi d'«appartenance au groupe terroriste Daech», acronyme en arabe de l'EI, précise le communiqué.

Selon le parquet, les accusés dirigeaient ou appartenaient à «deux cellules» rattachées à l'EI, au Caire et dans la province de Qena, dans le sud de l'Égypte. Ils avaient suivi «un entraînement militaire dans des camps de l'EI, en Libye et en Syrie», poursuit le texte.

La police égyptienne a annoncé à plusieurs reprises avoir arrêté des suspects après les attentats anti-coptes.

Depuis que l'armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en 2013, une branche locale de l'EI mène régulièrement des attaques contre la police et les militaires, notamment dans le nord de la péninsule du Sinaï.

Et ces derniers mois, le groupe extrémiste sunnite s'était engagé à multiplier les attaques contre la minorité copte orthodoxe du pays, qui représente environ 10 % des 90 millions d'Égyptiens.

Lors de sa première visite en Égypte fin avril, le pape catholique François avait plaidé pour la paix et la concorde entre musulmans et chrétiens.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer