Irak: des habitants de Mossoul appelés à s'abriter chez eux

L'armée de l'air irakienne a largué des centaines... (REUTERS)

Agrandir

L'armée de l'air irakienne a largué des centaines de milliers de tracts qui enjoignent les habitants à «rester chez eux et à s'éloigner des QG, barrages et positions (de l'EI) parce qu'ils seront la cible de notre aviation».

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Bagdad

L'armée irakienne a exhorté mercredi les habitants des quartiers de Mossoul toujours aux mains du groupe État islamique (EI) à s'abriter chez eux, alors que les combats dans la deuxième ville d'Irak ont coûté la vie à des centaines de civils.

L'armée de l'air irakienne a largué des centaines de milliers de tracts pour donner des consignes aux habitants de Mossoul-Ouest et d'autres zones contrôlées par l'EI, a indiqué le commandement des opérations conjointes.

Ces recommandations les enjoignent à «rester chez eux et à s'éloigner des QG, barrages et positions (de l'EI) parce qu'ils seront la cible de notre aviation», selon le communiqué.

Aux premiers jours de l'offensive lancée mi-octobre par les forces gouvernementales sur Mossoul pour en déloger les jihadistes, l'armée avait déjà encouragé les habitants à rester chez eux durant les combats.

Cette stratégie, perçue comme «un succès» après la reprise de l'est de Mossoul, est destinée à limiter les déplacements mais ne met pas les civils à l'abri de tous les risques, même si l'armée assure que «les bombardements aériens ciblent (les jihadistes) et non les civils».

En effet, les combattants de l'EI se cachent parmi les centaines de milliers de civils toujours présents à Mossoul et la coalition internationale anti-djihadistes menée par Washington a récemment reconnu être «probablement» impliquée dans la mort de civils à Mossoul.

Selon l'ONU, plus de 300 civils ont été tués dans les combats depuis le début de l'assaut sur Mossoul-Ouest en février.

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a appelé fin mars la coalition à «revoir urgemment ses tactiques afin de garantir que l'impact sur les civils soit réduit au minimum».

«Le nombre élevé de victimes civiles laisse à penser que les forces de la coalition n'ont pas pris les précautions nécessaires pour épargner les civils, en violation flagrante du droit international humanitaire», a de son côté déploré Donatella Rovera, conseillère Amnesty International.

L'EI s'était emparé de Mossoul en juin 2014 lors d'une offensive éclair qui lui avait permis de contrôler de vastes territoires en Syrie et en Irak. Il en a depuis perdu une grande partie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer