Les forces irakiennes prêtes à l'assaut sur l'aéroport de Mossoul

Les forces de sécurité irakiennes près de Mossoul.... (Photo Ahmad Al-Rubaye, Agence France-Presse)

Agrandir

Les forces de sécurité irakiennes près de Mossoul.

Photo Ahmad Al-Rubaye, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Sara HUSSEIN, Jean-Marc MOJON
Agence France-Presse
Al-Bousseif et Bagdad

Les forces irakiennes se préparent à lancer l'assaut sur l'aéroport de Mossoul, porte d'entrée de la partie ouest de la deuxième ville du pays et dernier grand bastion du groupe État islamique (EI).

Appuyées par la coalition internationale sous commandement américain, les troupes irakiennes consolidaient mercredi leurs positions, quatre jours après le lancement de l'opération sur Mossoul-Ouest.

Leur premier objectif est d'occuper l'aéroport désaffecté et l'ancienne base militaire adjacente. Leur contrôle ouvrirait la voie à un assaut sur la périphérie sud-ouest, à proximité des rives du Tigre, le fleuve qui coupe en deux Mossoul.

Depuis dimanche, les forces irakiennes ont repris un important poste de contrôle sur l'autoroute reliant Bagdad à Mossoul par le sud, ainsi que le village d'Al-Bousseif, qui surplombe l'aéroport et le sud de la ville dont s'était emparé l'EI en juin 2014.

Des convois militaires américains se sont dirigés mercredi vers cette localité, ont constaté des journalistes de l'AFP. Mais aucune opération majeure n'était prévue dans la journée en raison de la visite des ministres de l'Intérieur à Al-Bousseif et de la Défense sur la ligne de front.

Les avancées des derniers jours ont permis à des centaines de civils de fuir les villages reconquis. «Environ 480 personnes déplacées de la zone d'Al-Yarmouk sont transférées dans des zones libérées plus au sud», a annoncé la police fédérale.

Combats près de Tal-Afar

Des combats se poursuivent plus à l'ouest entre les djihadistes et le groupe paramilitaire des Hachd al-Chaabi près de Tal-Afar, ville encore sous le contrôle de l'EI entre Mossoul et la frontière syrienne.

Les Hachd al-Chaabi, une coalition essentiellement composée de milices chiites, ont indiqué avoir tué plusieurs djihadistes et fait sauter au moins quatre voitures piégées près de Ain al-Tallawi.

Le service d'élite du contre-terrorisme (CTS), qui joue un rôle central dans la reprise de la partie orientale de Mossoul, n'a pas encore été mobilisé dans la dernière phase. C'est un autre corps d'élite, les Unités d'intervention rapide du ministère de l'Intérieur, qui pourrait investir l'aéroport dans les prochains jours.

Les troupes auront ensuite à affronter les djihadistes dans les rues étroites de la vieille ville de Mossoul, sur la rive ouest. Il resterait «quelque 2000» djihadistes dans cette partie, selon un responsable américain du renseignement. Leur nombre était estimé entre 5000 et 7000 avant le début de l'offensive le 17 octobre.

Menaces de l'EI

L'ONU et les ONG s'inquiètent pour les quelque 750 000 personnes présentes à Mossoul-Ouest, dont près de la moitié sont des enfants. Leurs conditions de vie sont de plus en plus précaires dans cette zone désormais coupée de l'extérieur et privée d'approvisionnement.

«Les combattants de Daech ont saisi tous les hôpitaux et ils sont les seuls désormais à pouvoir être soignés», a déclaré par téléphone à l'AFP un employé de l'hôpital Al-Jamhuri, dans l'ouest de Mossoul, en utilisant un acronyme arabe de l'EI.

Selon des sources médicales et des habitants s'exprimant de Mossoul-Ouest sous le couvert de l'anonymat, les plus faibles commencent à mourir de malnutrition et du manque de médicaments.

Un mois après sa reprise par les forces irakiennes, la sécurité de la partie orientale de Mossoul reste précaire et plusieurs attentats ont frappé des zones «libérées».

Mercredi, des habitants ont trouvé des brochures de l'EI sur le seuil de leur porte leur intimant de «quitter la ville le plus vite possible». «Rester vous expose à la mort et vous serez une cible légitime» pour les combattants, avertit-elle.

Quelque 50 000 des 220 000 personnes ayant été déplacées lors des premiers mois de l'offensive sont rentrées chez elles. Mais d'autres continuent de fuir les zones récemment reprises à l'EI, par crainte des représailles.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer