Syrie: 20 morts dans un double attentat revendiqué par l'EI

Des Syriens examinent les décombres non loin du... (PHOTO YOUSSEF KARWASHAN, AFP)

Agrandir

Des Syriens examinent les décombres non loin du mausolée de Sayeda Zeinab, à une dizaine de kilomètres du centre de Damas.

PHOTO YOUSSEF KARWASHAN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Un double attentat revendiqué par le groupe djihadiste État islamique (EI) a fait au moins 20 morts samedi près d'un mausolée chiite proche de Damas, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

D'après le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, le bilan «s'élève à 20 morts, dont 13 civils, et plus de 30 blessés» dans les deux attaques près du mausolée de  Sayeda Zeinab.

Selon lui, le kamikaze qui s'est fait exploser à une entrée du sanctuaire visait «un barrage de miliciens prorégime».

L'agence officielle Sana a donné un bilan d'au moins 12 morts et 55 blessées, en précisant qu'un kamikaze avait fait sauter sa ceinture d'explosifs à l'entrée du sanctuaire et un autre avait fait exploser une voiture piégée dans une rue de ce secteur de la banlieue de Damas.

L'EI a revendiqué les attentats. «Trois opérations martyrs, deux au moyen d'une ceinture d'explosifs et une troisième au moyen d'une voiture piégée, ont été menées par les combattants de l'EI Sayeda Zeinab», a affirmé l'agence Aamaq, liée à l'organisation ultraradicale sunnite.

Le mausolée de Sayeda Zeinab, vénéré par les musulmans chiites car il abrite la tombe de la petite-fille du prophète Mahomet, est protégé par des miliciens chiites, notamment libanais et irakiens, et des soldats de l'armée syrienne.

Des points de contrôle protègent ce secteur très sécurisé de la banlieue de Damas, le site ayant été la cible de plusieurs attaques de groupes djihadistes sunnites, dont l'EI, qui considèrent les chiites comme des hérétiques.

La chaîne officielle Al-Ikhbariya a diffusé des photos montrant d'épaisses colonnes de fumée noire s'élever du site des attentats et de gros dégâts occasionnés aux immeubles environnants.

Sur d'autres photos, on peut voir des carcasses de voitures carbonisées, des pompiers tentant d'éteindre un véhicule en flammes et des enseignes de magasins soufflées par les explosions et éparpillées sur la route.

Le dernier attentat à Sayeda Zeinab remontait au 25 avril, lorsque l'EI a revendiqué une attaque à la voiture piégée qui a fait au moins sept morts et une vingtaine de blessées.

Le 21 février, un double attentat suicide perpétré à 400 mètres du mausolée a fait 134 morts, dont 97 civils, selon l'OSDH.

Et fin janvier, au moins 70 personnes avaient été tuées près de ce sanctuaire.

Le mausolée serait le lieu où Sayeda Zeinab a vécu après avoir été capturée par les armées du calife omeyyade Yazid à la suite de l'exécution de ses frères Hussein et Hassan à Kerbala (Irak), que les chiites considèrent comme l'évènement le plus tragique de leur histoire.

Le conflit en Syrie, déclenché par la répression de manifestations réclamant des réformes, s'est complexifié au fil des ans avec une multitude d'acteurs syriens, régionaux et internationaux. Il a fait plus 280 000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer