Hausse des désertions au sein de l'EI, selon Washington

Cette photo diffusée par les services de propagande... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Cette photo diffusée par les services de propagande du groupe État islamique montre des membres présumés de l'EI parader à bord de leurs VUS dans une rue de Syrte, le 18 février 2015.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

De plus en plus de combattants du groupe État islamique (EI) font désertion tandis que l'organisation djihadiste utilise davantage d'enfants soldats, a affirmé lundi le représentant du département d'État américain.

Le porte-parole du département d'État, John Kirby, n'a cependant pas confirmé, lors de son point de presse quotidien, des informations selon lesquelles un déserteur américain aurait été capturé par les peshmergas (forces kurdes) dans le nord de l'Irak.

Il a juste dit que les États-Unis travaillaient « étroitement avec les autorités irakiennes et kurdes pour essayer d'avoir davantage d'éléments afin de confirmer la véracité de ces informations ».

Selon M. Kirby, « il y a de plus en plus de déserteurs » de l'EI « et Daech [acronyme en arabe de l'EI] s'appuie davantage sur des enfants soldats ».

« D'habitude, ils s'appuient sur les enfants pour le renseignement, pour obtenir des informations, [...] et ensuite ils les utilisent pour des attaques suicides, ce qu'ils font toujours », a expliqué le représentant de la diplomatie américaine.

« Et maintenant nous avons davantage d'informations selon lesquelles ils utilisent des enfants pour de vrais combats, aux côtés d'adultes combattants », a-t-il ajouté.

« Tout cela donne une bonne indication qu'ils ont du mal en matière de recrutement et de maintien des effectifs », a-t-il estimé. « On dirait que les fondations [de l'EI] en terme d'effectifs et de ressources [humaines] se fissurent ».

Pour autant, les États-Unis « considèrent encore très sérieusement cette menace ». Les djihadistes de l'EI « ont encore des capacités », a-t-il conclu.

Les États-Unis sont à la tête d'une coalition militaire d'une soixantaine de pays qui lutte depuis l'été 2014 contre le groupe EI, lui-même contrôlant de vastes territoires en Irak et en Syrie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer