Syrie: au moins 23 civils tués par des tirs de l'EI

Des civils marchent dans une rue en ruine... (PHOTO  AHMAD ABOUD, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des civils marchent dans une rue en ruine de la ville de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie, en janvier dernier.

PHOTO AHMAD ABOUD, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
DAMAS

Au moins 23 civils ont été tués mardi à Deir Ezzor, dont neuf élèves par des tirs du groupe ddjihadiste État islamique (EI) sur une école dans cette ville de l'est de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon cette ONG, 11 civils parmi lesquels neuf élèves ont péri à Deir Ezzor dans des tirs de roquettes de l'EI contre leur école dans le quartier de Hrabech, contrôlé par le régime.

Les douze autres civils recensés par l'OSDH ont été tués par des raids de l'aviation du régime sur le quartier Hamidiya.

Le gouvernement syrien a condamné «une attaque terroriste» contre l'école et le premier ministre Wael al-Halaqi a assuré que «les roquettes des terroristes ne nous empêche(aient) pas de poursuivre (la) mission éducative».

Depuis 2013, les combattants de l'EI contrôlent la quasi-totalité de la province pétrolière de Deir Ezzor, dont la moitié du chef-lieu est toutefois toujours aux mains des forces gouvernementales.

La province a subi au cours des dernières semaines d'importants bombardements de la coalition internationale menée par les États-Unis et des Russes qui visent les activités pétrolières des djihadistes.

Ailleurs, au moins 19 civils, dont des enfants, ont péri dans des frappes de l'aviation syrienne contre la Ghouta orientale, à l'est de Damas, selon l'OSDH.

La Ghouta orientale, le plus grand fief rebelle dans la province de Damas, est régulièrement bombardée par le régime.

Dans la province de Lattaquié (ouest), au moins 20 raids, probablement russes, ont visé plusieurs localités, faisant des blessés, toujours selon l'OSDH.

Dans cette province côtière, de «violents affrontements» ont eu lieu sur plusieurs fronts entre les forces du régime et des rebelles islamistes, faisant «plusieurs morts des deux côtés», a ajouté l'ONG.

Le régime syrien tente depuis des mois de reprendre des zones contrôlées par les rebelles dans cette province, berceau de la famille du président Bachar al-Assad. Il y avait perdu en début de semaine le contrôle d'une colline stratégique, reprise par les rebelles.

Dans la province d'Alep (nord), «cinq personnes ont été tuées et des dizaines blessées dans des raids sur la localité d'al-Bab au cours des dernières 24 heures», a indiqué l'OSDH.

L'ONG, qui dispose d'un vaste réseau de sources médicales et de militants en Syrie, a par ailleurs répertorié neuf exécutions perpétrées par l'EI dans le nord de la province d'Alep, dont l'une d'un enfant, au cours des derniers jours.

La province est quasi-entièrement aux mains du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et de ses alliés islamistes, ou de l'EI.

En près de cinq ans, la guerre a fait plus de 250 000 morts et poussé à l'exode des millions de personnes.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer