L'EI confirme la mort de son numéro deux

Le numéro 2 de l'EI Abu Moutaz al-Qorachi, connu... (PHOTO TIRÉE DE TWITTER)

Agrandir

Le numéro 2 de l'EI Abu Moutaz al-Qorachi, connu également sous le nom d'Haji Mutazz, a été tué dans un raid aérien américain près de Mossoul en Irak, le 18 août.

PHOTO TIRÉE DE TWITTER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BEYROUTH, Liban

Le porte-parole du groupe armé État islamique (EI) a confirmé la mort du numéro deux de l'organisation djihadiste tué en août dans un raid américain en Irak, selon un enregistrement diffusé mardi sur les sites islamistes.

En août dernier, les États-Unis avaient annoncé que le numéro deux de l'EI Fadel Ahmad al-Hayali avait été tué le 18 du même mois dans un raid aérien américain près de Mossoul en Irak alors qu'il se trouvait dans un véhicule avec un autre responsable de l'organisation djihadiste.

«L'Amérique s'est réjouie de la mort d'Abu Moutaz al-Qorachi en le présentant comme une grande victoire», a dit le porte-parole de l'EI Abou Mohamed al-Adnani, en le désignant par un de ses multiples pseudonymes.

«Je ne vais pas pleurer celui dont le seul souhait était de mourir au nom de Dieu... Il a entraîné des hommes et laissé derrière lui des héros, qui avec l'aide de Dieu, vont faire du mal à l'Amérique», a-t-il ajouté sans dire exactement comment le numéro deux avait été tué.

À l'époque, la Maison-Blanche avait précisé que Hayali était l'un des principaux coordinateurs des transferts d'armes, d'explosifs, de véhicules et d'individus entre l'Irak et la Syrie, deux pays frontaliers où l'EI contrôle de vastes territoires.

Elle l'avait présenté comme «le principal adjoint» du chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi, en précisant qu'il était responsable des opérations de l'EI en Irak.

Le groupe djihadiste avait lancé en juin 2014 une offensive fulgurante en Irak qui lui avait permis de s'emparer de vastes pans du territoire face à des forces gouvernementales en déroute.

Les États-Unis et leurs alliés bombardent depuis plus d'un an par les airs les positions de l'EI en Syrie et en Irak sans être parvenus à neutraliser ce puissant groupe ultra-radical.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer