Syrie: Jean Chrétien voit d'un bon oeil l'implication russe

L'ex-premier ministre du Canada, Jean Chrétien... (Photo Darryl Dyck, La Presse Canadienne)

Agrandir

L'ex-premier ministre du Canada, Jean Chrétien

Photo Darryl Dyck, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

La Presse Canadienne
VANCOUVER

Ottawa devrait se réjouir du désir de Vladimir Poutine de faire son bout de chemin pour combattre l'État islamique en Syrie, selon Jean Chrétien.

L'ancien premier ministre fédéral a reconnu que la participation de Moscou dans cette lutte peut certes soulever la controverse, mais que l'Occident réaliserait un bon coup en acceptant la main tendue par le président russe.

Il a effectué cette sortie, jeudi, alors qu'il était de passage à Vancouver pour offrir son soutien à la campagne du Parti libéral du Canada en Colombie-Britannique.

Il en a profité pour dire qu'il avait eu l'occasion de rencontrer M. Poutine par le passé et qu'il a pu constater qu'il s'agissait d'un «type dur» et «déterminé».

M. Chrétien a enchaîné en mentionnant que pour pouvoir «gérer la Russie, il ne faut pas être un minet».

De toute évidence, le premier ministre fédéral sortant ne partage pas l'enthousiasme de Jean Chrétien par rapport à la proposition d'aide formulée par Vladimir Poutine.

Dernièrement, Stephen Harper a multiplié les critiques acerbes visant ce chef d'État qui est un allié du président syrien Bachar al-Assad.

Il a, entre autres, lancé que les efforts de M. Poutine pour envoyer du matériel militaire et des troupes pour soutenir le régime al-Assad risquaient d'entraîner une dégradation de la situation en Syrie, un pays qui est déjà une véritable poudrière.

Des inquiétudes ont aussi été exprimées du côté de Washington dans la foulée de frappes aériennes menées par la Russie en sol syrien.

Les États-Unis ont indiqué qu'ils soupçonnaient Moscou d'avoir effectué ces opérations pour renforcer les positions des forces gouvernementales de Bachar al-Assad plutôt que pour nuire au groupe extrémiste État islamique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer