Pas de frappes aériennes prévues en Syrie, dit le ministre Baird

Le ministre des Affaires étrangères John Baird.... (PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre des Affaires étrangères John Baird.

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Associated Press
MANAMA

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a déclaré que le Canada ne prévoyait pas, contrairement aux Américains, d'étendre les frappes aériennes contre le groupe armé État islamique jusqu'en Syrie.

M. Baird a affirmé que le Canada devait jouer un rôle dans la campagne aérienne contre le groupe extrémiste parce que celui-ci a réussi à attirer des Canadiens dans ses rangs. Mais il a insisté pour dire que la contribution du pays se limiterait à l'Irak.

«À ce moment-ci, le Canada se concentre sur sa mission actuelle en Irak», a-t-il déclaré en entrevue à l'Associated Press.

Des avions canadiens participant aux bombardements menés par une coalition sous commandement américain ont fait feu sur des cibles rebelles une première fois le mois dernier, non loin de Falloujah.

Le Canada a déployé six CF-18, un C-150 Polaris et deux CP-140 Aurora pour aider à contrer le groupe État islamique, qui a pris le contrôle de vastes régions en Irak et en Syrie.

Plusieurs centaines de Canadiens participent à l'opération. Le Canada a aussi une mission d'entraînement dans le nord de l'Irak, pour y former et armer des combattants kurdes, a dit M. Baird.

En octobre, le Parlement canadien a approuvé des frappes aériennes qui pourraient durer jusqu'à six mois, à la suite d'une demande des États-Unis. La motion affirme clairement qu'il n'y aura pas de recours à des forces terrestres.

Une femme d'origine canadienne ayant servi dans l'armée israélienne, Gill Rosenberg, a récemment attiré l'attention après que des médias d'Israël ont rapporté qu'elle s'était jointe à une milice kurde combattant le groupe État islamique.

M. Baird a rappelé aux Canadiens de ne pas suivre son exemple.

«Il est certain que nous encourageons les gens à ne pas se rendre en Irak ou en Syrie, a dit M. Baird. Si vous voulez combattre l'État islamique, vous devriez postuler pour vous joindre aux Forces armées canadiennes.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer