L'Occident n'a pas fini de combattre l'EI, affirme Petraeus

David Petraeus... (Archives AP)

Agrandir

David Petraeus

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Ottawa

Le général américain à la retraite David Petraeus, qui a été l'architecte de la percée américaine en sol irakien en 2007, a soutenu que la coalition menée par les États-Unis est parvenue à freiner l'élan du groupe armé État islamique (EI).

Il a cependant ajouté qu'il lui faudra probablement des années pour mater les extrémistes présents en Irak et en Syrie.

Malgré tout, il ne juge pas opportun pour l'Occident d'envoyer éventuellement des troupes au sol pour affronter les combattants du groupe ÉI.

M. Petraeus a exposé son opinion, mercredi, à Ottawa, où il se trouvait pour discuter des conclusions d'un rapport qu'il a coécrit pour un groupe de réflexion américain et qui porte sur les rapports entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.

Par ailleurs, il a mentionné que le continent nord-américain semble en voie de devenir autosuffisant au plan énergétique, ce qui pourrait avoir d'énormes répercussions géopolitiques, selon lui.

David Petraeus est désormais le président d'une firme majeure d'investissement.

Par le passé, il a déjà été le directeur de l'Agence centrale du renseignement des États-Unis, qui est mieux connue sous son acronyme anglais de CIA.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer