Le Québec devrait acheter son pétrole en Amérique, plaide Pierre Arcand

Le ministre de l'Énergie des Ressources naturelles, Pierre... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Le ministre de l'Énergie des Ressources naturelles, Pierre Arcand, lundi.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

La guerre civile menée par l'État islamique force le Québec à diversifier ses sources d'approvisionnement en pétrole, a fait savoir le ministre de l'Énergie des Ressources naturelles, Pierre Arcand, lundi.

C'est une des premières fois que cette crise internationale s'invite dans l'actualité politique québécoise. M. Arcand était alors appelé à justifier les choix du gouvernement au cours d'une interpellation en Chambre, en fin de journée, menée par le député caquiste Gérard Deltell, qui pressait le gouvernement de renoncer à la filière éolienne.

Les combattants qui se réclament de l'État islamique sont des extrémistes religieux qui contrôlent des zones de l'Irak et de la Syrie, notamment des champs pétrolifères, et une coalition internationale tente actuellement de les déloger. Le ministre a fait allusion à ce conflit au moment où il évoquait la priorité de son gouvernement, de réduire de la façon «la plus importante possible» la dépendance du Québec envers le pétrole.

La sécurité énergétique est «de plus en plus importante», a-t-il plaidé, et le Québec tentera de s'approvisionner davantage chez ses voisins d'Amérique du Nord en pétrole, que ce soit d'autres provinces ou des États américains.

«Quand on voit ce qui se passe entre avec toute la question de l'État islamique, il est clair qu'on a avantage à regarder nos approvisionnements énergétiques de notre côté, du côté nord-américain (...), et de dépendre le moins possible des approvisionnements qui viennent de l'extérieur», a-t-il dit pendant l'interpellation.

Le coût du pétrole sera ainsi «passablement meilleur», a dit M. Arcand, et la sécurité énergétique sera garantie. Cela fait partie des études que le gouvernement mène pour avoir une politique énergétique qui soit la plus verte possible. La future politique énergétique du gouvernement est prévue pour la fin de 2015.

Actuellement, selon les données de 2012 du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles, 40 pour cent du pétrole brut importé au Québec provient de l'Algérie, et environ un autre tiers provient d'autres pays dont des pays du Moyen-Orient. Seulement 8 pour cent du pétrole importé ici vient du reste du Canada.

En ce qui a trait à l'industrie éolienne, le ministre a indiqué que le gouvernement Couillard est loin de vouloir abandonner cette industrie, au contraire, il envisage même d'autres appels d'offres.

Le député caquiste Gérard Deltell a quant à lui argué que le choix de l'éolien était «ruineux», que le kilowatt/heure d'électricité éolienne coûtait trois fois plus cher que l'hydroélectrique. Bref, cette industrie était responsable de la hausse des tarifs résidentiels de plus de 4 pour cent en avril, mais aussi de la hausse projetée de 3,9 pour cent réclamée par Hydro-Québec devant la Régie de l'énergie, a tonné M. Deltell. Et du reste, l'obligation faite à Hydro d'acheter la production des parcs éoliens privés est injustifiée en cette période de surplus d'électricité.

M. Arcand a rétorqué qu'un kilowatt d'électricité produit par l'éolien ne coûtait pas plus cher que celle produite par un nouveau barrage qu'on devrait construire. Mais surtout, le ministre a fait une profession de foi en faveur de l'éolien. Il a indiqué qu'en 2016, une fois la nouvelle politique énergétique déposée, les libéraux lanceront vraisemblablement d'autres appels d'offres pour acheter de l'énergie éolienne à des producteurs privés.

«Il est clair que la journée où on voit une marge de manoeuvre, il y en aura d'autres appels d'offres sur les éoliennes, parce qu'on pense, nous, que c'est une filière qui vaut la peine.»

Il a aussi fait valoir que l'industrie éolienne employait 5000 personnes au Québec et servait de levier de développement économique dans les régions. Selon lui, la CAQ n'est pas près de se faire élire dans les régions avec un tel discours.

Or cette remarque est la preuve, aux yeux du député caquiste, que le Parti libéral «maintient artificiellement une industrie qui coûte des centaines de millions de dollars aux Québécois» par simple calcul partisan, pour faire élire des députés dans des régions comme la Gaspésie.

«Voilà, ils font ça pour faire élire des députés. (...) Ce sont des motifs politiques et électoralistes qui conduisent l'action du gouvernement dans ce dossier-là.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer