Otages allemands aux Philippines: renforts de l'armée

Les otages allemands aux Philippines... (Photo SITE Intelligence Group, AFP)

Agrandir

Les otages allemands aux Philippines

Photo SITE Intelligence Group, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
MANILLE

Des renforts estimés à un millier de soldats ont été déployés dans le sud des Philippines où des militants islamistes menacent de tuer l'un des deux otages allemands qu'ils détiennent, a-t-on appris de sources officielles.

Dans un communiqué, l'armée a déclaré qu'une brigade avait été dépêchée dans l'île de Sulu, où le groupe islamiste Abu Sayyaf retiendrait les deux otages.

Une brigade comprend en général entre 800 et 1500 hommes.

Deux bataillons ont également été déployés dans deux régions méridionales proches, a ajouté l'armée.

«Il s'agit d'un redéploiement qui entre dans le cadre de notre mandat pour faire face aux nécessités de la sécurité interne et externe», ajoute le communiqué, sans autre explication.

Ces renforts permettront aux fusiliers marins philippins qui combattent Abu Sayyaf sur l'île de Sulu et à Basilan, autre île méridionale, de «se concentrer sur leurs objectifs principaux», a dit à l'AFP un porte-parole de l'armée, le major Calixto Cadano.

Le ministre de la Défense, Voltaire Gazmi, avait annoncé vendredi l'envoi de renforts dans le sud du pays afin de faire pièce aux activités d'Abu Sayyaf  «une bonne fois pour toutes».

M. Gazmin a fait savoir que les autorités philippines excluaient toute négociation avec Abu Sayyaf, qui exige une rançon de 250 millions de pesos (4,37 millions d'euros), et la fin du soutien allemand aux frappes américaines contre le groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie .

Il avait également estimé que le but du groupe était davantage crapuleux que politique et minimisé ses liens avec l'EI.

Abou Sayyaf, fondé au début des années 1990 grâce à des financements d'Al-Qaïda, avait enlevé deux ressortissants allemands, un homme et une femme alors qu'ils naviguaient sur un yacht au large de l'île occidentale de Palawan.

Le groupe, responsable de plusieurs attentats meurtriers, ne compte plus que quelques centaines de membres, mais il survit grâce au soutien de communautés musulmanes dans le sud des Philippines et à l'argent tiré des kidnappings et autres activités criminelles.

Dans des vidéos publiées sur l'internet en juillet, Abou Sayyaf avait proclamé son allégeance à l'EI.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer