Oscar Pistorius placé sous surveillance anti-suicide

Oscar Pistorius, en juin, à la cour.... (Photo Phill Magakoe, archives Associated Press)

Agrandir

Oscar Pistorius, en juin, à la cour.

Photo Phill Magakoe, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'affaire Pistorius
L'affaire Pistorius

Accusé du meurtre prémédité de sa petite amie Reeva Steenkamp lors de la nuit de la Saint-Valentin 2013, Oscar «Blade Runner» Pistorius, champion paralympique sud-africain, soutient qu'il a tué sa copine accidentellement, croyant tirer sur un cambrioleur réfugié dans la salle de bain. »

Agence France-Presse
Johannesburg

L'ex-athlète sud-africain Oscar Pistorius a été placé sous surveillance pour éviter tout suicide après une blessure au poignet la semaine dernière dans la prison où il purge une peine de six ans pour le meurtre de sa petite amie, a rapporté dimanche un hebdomadaire local citant des sources pénitentiaires.

Des responsables pénitentiaires ont déclaré à City Press que l'ancien champion paralympique avait été placé sous surveillance 24h/24 et que les visites de gardiens avaient été multipliées dans sa cellule.

Les services de la prison de Pretoria, où Pistorius est incarcéré pour le meurtre de Reeva Steenkamp en février 2013, avaient déclaré que le sportif âgé de 29 ans avait été hospitalisé le 6 août «après s'être blessé en tombant de son lit».

City Press avait de son côté rapporté, citant un détenu, que des lames de rasoir avaient été découvertes dans la cellule et que l'ancien champion s'était lui-même tailladé les veines.

Les autorités de la prison avaient qualifié ces informations de «spéculation» et lancé une enquête «qui en est à un stade avancé», a déclaré dimanche le porte-parole des services pénitentiaires, Singabakho Nxumalo.

Condamné en première instance à cinq ans de prison pour homicide involontaire, le sportif handicapé a déjà passé une année en prison avant d'être assigné à résidence. Finalement condamné en appel pour meurtre, il est de retour  depuis le 6 juillet derrière les barreaux, où il doit purger une peine de six ans.

Selon le droit sud-africain, il est éligible à une libération en 2019. Mais le parquet sud-africain a décidé fin juillet de faire appel de cette condamnation qu'il a jugée «scandaleusement trop clémente».

Incarcéré dans l'aile médicalisée de la prison en raison de son handicap, Oscar Pistorius échappe aux cellules surpeuplées des établissements pénitentiaires sud-africains, réputés pour leur violence.

Dans la nuit du 13 au 14 février 2013, alors en pleine gloire sportive, il avait abattu chez lui de quatre balles Reeva Steenkamp, qui se trouvait dans les toilettes. Il a toujours clamé l'avoir tuée par erreur, croyant à l'intrusion d'un cambrioleur dans sa maison ultra-sécurisée de Pretoria.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer