Nafissatou Diallo et DSK s'entendent à l'amiable

Vêtue d'une veste et d'un pantalon noirs, coiffée... (PHOTO EMMANUEL DUNAND, AFP)

Agrandir

Vêtue d'une veste et d'un pantalon noirs, coiffée d'un foulard gris, Nafissatou Diallo est arrivée dans le tribunal du Bronx pour une audience prévue à 14 h.

PHOTO EMMANUEL DUNAND, AFP

Partager

Dossiers >

L'affaire DSK
L'affaire DSK

Retrouvez toutes les informations concernant l'arrestation du patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, et ses implications sur les scènes politique et économique dans le monde. »

Brigitte DUSSEAU
Agence France-Presse
New York

Un accord financier confidentiel a été annoncé lundi à New York entre Dominique Strauss-Kahn et la femme de chambre guinéenne qui l'accusait d'agression sexuelle, mettant un terme à l'extraordinaire saga judiciaire qui avait mis fin aux ambitions présidentielles de DSK.

«Il y a environ dix minutes, nous sommes parvenus à un accord dans cette affaire», a annoncé dès le début d'une très brève audience au tribunal du Bronx le juge Douglas McKeon, soulignant que les termes en étaient «confidentiels».

Il a précisé que les négociations avaient commencé «plus tôt dans l'année», mais s'étaient intensifiées depuis le 28 novembre.

«J'ai développé beaucoup d'affection pour vous tous et j'ai appris à connaître Mme (Nafissatou) Diallo durant le temps que j'ai passé avec elle», a-t-il également déclaré, avant de souhaiter à tout le monde de joyeuses fêtes.

Nafissatou Diallo, pantalon et veste noirs, foulard léopard gris sur les cheveux, n'a rien dit durant l'audience qui a duré moins de 10 minutes.

En sortant, la femme de chambre de 33 ans, que l'on n'avait pas revue depuis l'été 2011, a brièvement remercié «tous ceux qui (l')ont soutenue à travers le monde. Je remercie Dieu et que Dieu vous bénisse tous».

«Mme Diallo est une femme courageuse qui n'a jamais perdu confiance dans notre système judiciaire. Avec ce règlement, elle peut maintenant continuer sa vie», a ensuite lancé son avocat Kenneth Thompson.

Dans un communiqué, les avocats de DSK --muets au sortir de l'audience-- se sont dits «satisfaits d'être parvenus à un règlement dans cette affaire».

Le juge McKeon n'avait pas requis lundi la présence de DSK.

Durant l'audience, il a ajouté que Mme Diallo était également parvenue à un accord financier avec le quotidien New York Post, qu'elle avait poursuivi l'an dernier au civil après qu'il l'eut traitée de prostituée.

Les accords financiers, qui mettent fin aux poursuites civiles, sont extrêmement fréquents aux Etats-Unis, et évitent un procès long et coûteux à l'issue incertaine.

Accord secret

Combien l'ancien patron du FMI a-t-il accepté de verser?

L'accord, secret, empêche de le savoir.

Son avocat William Taylor avait qualifié récemment de «complètement fausses» des informations selon lesquelles il aurait accepté de payer six millions de dollars. Mais selon l'avocat et ancien procureur Matthew Galluzzo, ce montant serait plausible.

Avec cet accord, DSK est définitivement débarrassé de l'affaire Diallo, 19 mois après le scandale planétaire qui l'avait contraint à démissionner du FMI et mis fin à ses ambitions présidentielles en France. Il s'est aussi depuis séparé de son épouse, la journaliste Anne Sinclair.

Il n'aura jamais à expliquer ce qui s'était passé le 14 mai 2011 dans sa suite de l'hôtel Sofitel de New York.

Selon Mme Diallo, DSK, sorti nu de sa salle de bains, l'avait contrainte à une fellation alors qu'elle venait faire le ménage.

Dominique Strauss-Kahn avait quelques heures plus tard été arrêté à l'aéroport JFK en partance pour la France, incarcéré, inculpé et ensuite assigné à résidence à New York.

Mais trois mois plus tard, dans une étonnante volte-face, le procureur chargé de la procédure pénale en avait demandé le classement, effectif le 23 août. Il avait expliqué que Nafissatou Diallo avait menti de manière répétée sur son passé et «sérieusement entamé sa crédibilité de témoin» en cas de procès au pénal.

Sans attendre, la jeune femme avait porté plainte au civil le 8 août, pour obtenir des dommages et intérêts. C'est cette plainte qui s'est terminée lundi par un accord financier.

Rentré en France, DSK avait ensuite reconnu dans une interview télévisée une relation sexuelle de quelques minutes mais «sans violence ni contrainte».

Il a depuis été mis en examen en France, pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans l'affaire dite du Carlton. Ses défenseurs ont demandé la nullité de la procédure et la justice doit se prononcer le 19 décembre.

Ces derniers mois, l'ancien ministre a fait sa réapparition dans la vie publique, espérant se façonner une image moins sulfureuse. Mme Diallo n'a elle jamais repris le travail et est toujours en congé maladie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer