Kim Jong-un promet de faire «payer cher» à Trump ses menaces

Le dirigeant coréen Kim Jong-un a dénoncé l'«attitude mentalement... (PHOTO AP)

Agrandir

Le dirigeant coréen Kim Jong-un a dénoncé l'«attitude mentalement dérangée d'un président des États-Unis.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Séoul

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a ironisé vendredi sur le président américain Donald Trump qu'il a qualifié de «mentalement dérangé», affirmant vouloir lui faire «payer cher» ses menaces contre son pays devant l'ONU.

«Je ferai payer cher à l'homme à la tête du commandement suprême aux États-Unis son discours appelant à la destruction totale» de la Corée du Nord, a-t-il affirmé, selon l'agence d'État KCNA.

Cette déclaration intervient après que M. Trump a menacé mardi, dans son premier grand discours aux Nations unies de «détruire totalement» la Corée du Nord, un «régime vicieux» et «corrompu», si les États-Unis ou leurs alliés étaient confrontés à une attaque de Pyongyang.

Ce discours intervenait après des mois de tensions avec le régime de Pyongyang, qui continue de développer son programme balistique en dépit des sanctions prises par la communauté internationale.

Kim, que Trump a qualifié d'«homme-fusée» en raison de ses ambitions nucléaires, s'est également interrogé sur la santé mentale du locataire de la Maison-Blanche.

Le dirigeant coréen a dénoncé l'«attitude mentalement dérangée d'un président des États-Unis qui a ouvertement exprimé devant l'ONU sa volonté non éthique de «détruire totalement» un État souverain».

Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, le ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord Ri Yong Ho a déclaré que Pyongyang pourrait faire exploser une bombe à hydrogène dans l'océan pacifique en représailles aux menaces du président Trump.

Isolée sur le plan international, la Corée du Nord affirme avoir besoin de la force de dissuasion nucléaire pour se protéger de la politique agressive des États-Unis.

Les remarques de M. Trump, «plutôt que de me faire peur ou de m'arrêter, renforcent mes convictions, sur le fait que la voie que j'ai choisie est la bonne et que c'est celle que je dois continuer à suivre», a ajouté Kim.

Cette déclaration intervient après que les États-Unis ont renforcé jeudi l'arsenal de sanctions économiques visant des personnes et des entreprises accusées d'apporter leur aide au programme militaire nord-coréen.

Le président américain a donné son feu vert à d'éventuelles sanctions contre des «personnes et sociétés qui financent et facilitent les échanges avec la Corée du Nord» dans les domaines de la construction, de l'énergie, les secteurs industriels, médicaux, miniers, du textile et du transport.

- Avec l'Associated Press




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer