Syrie: 11 civils, dont 5 enfants, tués dans des frappes turques 

L'offensive turque, baptisée opération «Rameau d'olivier», risque de... (PHOTO REUTERS/STRINGER)

Agrandir

L'offensive turque, baptisée opération «Rameau d'olivier», risque de tendre davantage les rapports entre Ankara et Washington.

PHOTO REUTERS/STRINGER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse

Au moins onze civils, dont cinq enfants ont été tués dimanche dans des frappes de l'aviation turque sur l'enclave d'Afrine dans le nord de la Syrie, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'armée turque a lancé samedi une vaste opération dans la région d'Afrine, baptisée «Rameau d'olivier», multipliant les frappes aériennes et les bombardements à l'artillerie contre des positions des Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde considérée comme «terroriste» par Ankara.

Un précédent bilan des frappes sur le  village de Jalbara faisait état de huit morts.

Huit victimes faisaient partie d'une même famille déplacée originaire de la province voisine d'Idleb, a précisé le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Plus tôt, Birusk Hasakeh, porte-parole des YPG, avait lui aussi fait état des frappes, accusant les avions turcs d'avoir commis un «massacre».

Sur des images transmises par ce porte-parole à l'AFP, on peut voir des secouristes kurdes extraire des corps ensanglantés d'une structure en béton effondrée.

Samedi, M. Hasakeh avait indiqué que dix personnes, dont sept civils, avaient été tuées dans les bombardements turcs.

Ankara accuse les YPG d'être la branche en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée «terroriste» par la Turquie et ses alliés occidentaux, et qui mène une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984.

Mais les YPG sont aussi l'épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes soutenue par les États-Unis dans leur lutte contre le groupe État islamique.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer