Syrie: 73 combattants du régime tués dans des attaques de l'EI

L'EI, acculé de toutes parts en Syrie, a... (AP)

Agrandir

L'EI, acculé de toutes parts en Syrie, a revendiqué l'attaque dans un communiqué, affirmant que plusieurs de ses combattants avaient lancé un assaut sur des positions au sud de la ville d'Al-Soukhna, dans la province de Homs, faisant des dizaines de morts parmi les militaires.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Beyrouth

Au moins 73 membres des forces du régime syrien ont été tués jeudi dans des attaques-surprises du groupe État islamique (EI) contre des barrages dans une zone désertique, rapporte vendredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'organisation ultraradicale, acculée de toutes parts en Syrie, a revendiqué l'attaque dans un communiqué, affirmant que plusieurs de ses combattants avaient lancé un assaut sur des positions au sud de la ville d'Al-Soukhna, dans la province de Homs (centre), faisant des dizaines de morts parmi les militaires.

Ces attaques ont été menées le jour de la diffusion par l'EI d'un enregistrement audio attribué à son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, dans lequel ce dernier a appelé ses combattants, en déroute également en Irak, à «résister» et à multiplier les attaques contre leurs ennemis.

D'après l'OSDH, «les premières attaques ont été menées contre des barrages des troupes loyalistes à Chola», une localité proche de la ville de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie.

L'EI est la cible de deux offensives distinctes visant à le chasser de Deir Ezzor et de la province du même nom, la dernière qu'il contrôle en Syrie.

L'une est menée par les troupes du régime syrien appuyées par la Russie, l'autre par une alliance arabo-kurde soutenue par Washington.

«L'EI a ensuite mené une série d'attaques contre des barrages le long de l'autoroute allant de Chola jusqu'au sud d'Al-Soukhna», a précisé l'OSDH.

Cette autoroute se situe dans la Badiya, le grand désert syrien qui s'étend sur plusieurs provinces du pays en guerre.

Avec l'appui des frappes russes, le régime avait chassé l'EI de la majeure partie du désert, mais les jihadistes contrôlent encore un territoire désertique dans les provinces de Homs et Deir Ezzor.

Un média d'État syrien n'a pas évoqué la mort de soldats, mais a indiqué que l'armée avait «fait face à une attaque menée par le groupe terroriste Daech sur l'autoroute entre Deir Ezzor et Palmyre, dans la Badiya», en utilisant un acronyme en arabe de l'EI.

L'agence officielle Sana a indiqué que l'armée avait infligé «de lourdes pertes dans les rangs des jihadistes», ajoutant que des unités «travaillaient à nettoyer la zone des derniers terroristes et à sécuriser l'autoroute».

Selon l'OSDH, au moins 45 jihadistes ont été tués dans ces combats.

Abou Bakr al-Baghdadi avait appelé jeudi les combattants de l'EI à «faire preuve de patience et résister face aux infidèles», en référence aux nombreux pays qui combattent le groupe ultraradical en Irak et en Syrie.

Malgré ses revers, le groupe parvient à mener des attaques dans ces deux pays ainsi qu'à organiser des attentats en Europe.

La guerre complexe en Syrie impliquant de multiples acteurs a fait plus de 330 000 morts depuis 2011.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer