Le cessez-le-feu entre en vigueur dans le sud de la Syrie

L'accord concerne les provinces de Deraa (notre photo),... (PHOTO ALAA AL-FAQIR, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

L'accord concerne les provinces de Deraa (notre photo), Qouneitra et Soueida ou de violents affrontements avaient opposé ces dernières semaines les forces progouvernementales aux groupes rebelles.

PHOTO ALAA AL-FAQIR, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Un cessez-le-feu initié par un accord américano-russe est entré en vigueur dimanche dans trois provinces du sud de la Syrie en conflit, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

« La situation est globalement calme sur les fronts dans les provinces de Deraa, Qouneitra et Soueida », a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. Selon lui, « les combats entre les rebelles et les forces prorégime se sont arrêtés depuis ce matin à l'exception de quelques obus tirés par les forces gouvernementales contre des positions rebelles ».

Aucune annonce de cette trêve n'a été faite dans l'immédiat par les belligérants. Damas, avait elle, décreté dès lundi une trêve unilatérale de quelques jours dans le sud du pays, coïncidant avec la tenue de négociations avec les rebelles à Astana, la capitale kazakhe.

Vendredi, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a annoncé marge du sommet du G20 que les Russes et les Américains avaient convenu d'un cessez-le-feu à partir de dimanche à 9 h GMT (4 h, HE) dans le sud de la Syrie.

L'accord concerne les provinces de Deraa, Qouneitra et Soueida ou de violents affrontements avaient opposé ces dernières semaines les forces progouvernementales aux groupes rebelles.

Ces provinces font partie des « zones de désescalade » du plan conclu en mai entre la Russie et l'Iran, alliés du régime de Damas, et la Turquie, soutien des rebelles.

Dans un premier temps, « la sécurité autour de cette zone sera assurée par des forces et moyens de la police militaire russe en coordination avec les Jordaniens et les Américains », selon Sergueï Lavrov.

Le conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump a indiqué samedi que le cessez-le-feu dans le sud de la Syrie était une « priorité » pour les États-Unis et « un pas important » pour la paix.

Les trois autres zones de désescalade se trouvent dans la région d'Idleb, la province de Homs et l'enclave rebelle de la Ghouta orientale (banlieue est de Damas).

Moscou estimait que cette « zone de désescalade » dans le sud du pays ne pouvait être mise en place qu'avec l'accord des États-Unis et de la Jordanie, pays frontalier de la Syrie.

La guerre en Syrie, qui a fait plus de 320 000 morts, a été déclenchée en 2011 par la répression de manifestations pacifiques prodémocratie mais s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de multiples acteurs sur un territoire de plus en plus morcelé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer